En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic de l'hépatite B

Mis à jour : Mardi 03 Mars 2015

Comment dépiste-t-on l'hépatite B ?

Les hépatites virales chroniques (B, C et D) restent longtemps silencieuses et peuvent donc passer inaperçues. Pour cette raison, on estime que la moitié des personnes souffrant d’hépatites virales chroniques en France l’ignorent.

La plupart des personnes découvrent qu'elles sont infectées grâce à un dépistage, le plus souvent effectué à l'occasion d'un bilan de santé général. Mais certaines l'apprennent lorsque surviennent des problèmes de santé liés à la cirrhose. Il est donc essentiel qu'un dépistage soit systématiquement proposé afin d'identifier les personnes qui souffrent d'hépatites virales chroniques avant que la fibrose ne soit trop importante.

Le diagnostic de l'hépatite B

Habituellement, on dépiste une maladie infectieuse en cherchant, dans le sang de la personne, les anticorps dirigés contre l’agent infectieux (virus ou bactérie). Si la personne est ou a été infectée (ou si elle est vaccinée contre l’agent infectieux), elle présente ces anticorps.

Dans le cadre de l’hépatite B, la présence d’anticorps indique bien que la personne a été en contact avec le VHB, mais les choses sont plus complexes. En effet, certains anticorps indiquent une absence de passage à la chronicité (le patient a probablement éliminé le VHB), alors que d’autres anticorps peuvent indiquer que le patient souffre d’une hépatite B chronique. Enfin, pour compliquer davantage les choses, certaines personnes souffrent d’hépatite B chronique sans présenter d’anticorps contre le VHB !

Pour confirmer son diagnostic, le médecin demande une recherche d’antigènes, c’est-à-dire une recherche de certaines substances qui composent le virus de l’hépatite B (antigène HBs, antigène HBe ou ADN viral). Si le patient souffre d’hépatite B aiguë ou chronique, ce test est positif.

Si c'est le cas, le médecin fait alors effectuer des analyses pour évaluer l'état du foie : prise de sang pour doser les transaminases (des enzymes qui sont produites en grande quantité en cas de souffrance du foie) et examen du foie (échographie, scanner, IRM ou prélèvement d'un tout petit fragment du foie pour analyse, un examen appelé « ponction biopsie hépatique »).

Qui doit se faire dépister pour l'hépatite B ?

Les personnes à haut risque de contamination par le virus de l’hépatite B doivent songer à passer un test de dépistage pour cette maladie :

  • les personnes ayant bénéficié d’une transfusion sanguine à la suite d’un accident, d’une opération chirurgicale ou d’un accouchement avant 1992,
  • les personnes ayant des relations sexuelles non protégées avec plusieurs partenaires,
  • les personnes nées ou ayant vécu longtemps dans des pays étrangers où les hépatites virales sont fréquentes,
  • les usagers de drogue qui ont partagé leur matériel d’injection ou d’inhalation (« sniff ») avec d’autres usagers,
  • les personnes séropositives pour le VIH/sida,
  • les personnels de santé.
Hépatite B chronique et grossesse
Depuis 1992, un test de dépistage du virus de l’hépatite B est systématiquement proposé à toutes les femmes enceintes, dès leur première consultation prénatale. Il est effectué au plus tard durant l’accouchement.
L’hépatite B chronique n’empêche pas d’avoir un enfant. Parce que la contamination de l’enfant par le VHB semble se faire essentiellement lors de l’accouchement, des mesures particulières sont mises en œuvre chez le nouveau-né : injection d’anticorps contre le virus de l’hépatite B (immunoglobulines) à la naissance, puis vaccination contre l’hépatite B. Ces mesures protègent efficacement le nourrisson.

Actualités

Nourrisson équipé d'une canule nasale Optiflow Junior permettant de délivrer une oxygénothérapie à haut débit (© Fischer & Paykel Healthcare).

Bronchiolites sévères du nourrisson : l’oxygénothérapie à haut débit d’emblée limite l'escalade thérapeutique

En cas de situation à risque (zone épidémique en particulier), les bébés âgés de 6 à 12 mois peuvent être vaccinés contre la rougeole en utilisant le ROR (illustration).

Vaccin contre la rougeole avant l’âge de 1 an : la HAS préconise d'utiliser le ROR à la place de ROUVAX

La HAS publie une fiche méthodologique pour la création d'outils de décision médicale partagée (illustration).

Outils d'aide à la décision médicale partagée : rappels et préconisations de la Haute Autorité de Santé