En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Grossesse et hépatite B

Mis à jour : Mardi 03 Mars 2015

La prise en charge de l'hépatite B chez la femme enceinte

femme enceinte chez son médecin

L’hépatite B n’est pas une cause connue de malformations pour l’enfant à naître. Lorsqu’une femme souffre d’hépatite B chronique, il existe un risque élevé de transmission du virus de la mère à l’enfant au moment de l’accouchement (autour de 90 % de risque de transmettre le virus). En l’absence de traitement du nouveau-né, celui-ci peut devenir porteur chronique du virus et développer une maladie du foie. C’est pour cette raison que le dépistage de l’hépatite B est systématiquement fait au début de la grossesse.

Un traitement médicamenteux de la mère pendant la grossesse n’est pas nécessaire mais un traitement est administré au nouveau-né dans les heures qui suivent l’accouchement afin de prévenir tout risque de transmission du virus de l’hépatite B de la mère à l’enfant.

Le traitement du nouveau-né consiste, dès la naissance, à le vacciner contre cette infection et à lui injecter des anticorps anti-VHB (immunoglobulines anti-hépatite B).

Actualités

L'usage à visée esthétique de concentrés plaquettaires autologues (CPA) est interdit en France (illustration).

Concentrés plaquettaires autologues : l'ANSM rappelle leur interdiction en injection à visée esthétique

Capture d'écran de l'interview du Pr John Pasi par la BBC.

Hémophilie A sévère : une thérapie génique donne des résultats spectaculaires, mais nécessite confirmation

La HAS vient d'actualiser ses recommandations sur la prise en charge de la diverticulite colique

Prise en charge de la diverticulite colique : la HAS publie de nouvelles recommandations