En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Grossesse et hépatite B

Mis à jour : Mardi 03 Mars 2015

La prise en charge de l'hépatite B chez la femme enceinte

femme enceinte chez son médecin

L’hépatite B n’est pas une cause connue de malformations pour l’enfant à naître. Lorsqu’une femme souffre d’hépatite B chronique, il existe un risque élevé de transmission du virus de la mère à l’enfant au moment de l’accouchement (autour de 90 % de risque de transmettre le virus). En l’absence de traitement du nouveau-né, celui-ci peut devenir porteur chronique du virus et développer une maladie du foie. C’est pour cette raison que le dépistage de l’hépatite B est systématiquement fait au début de la grossesse.

Un traitement médicamenteux de la mère pendant la grossesse n’est pas nécessaire mais un traitement est administré au nouveau-né dans les heures qui suivent l’accouchement afin de prévenir tout risque de transmission du virus de l’hépatite B de la mère à l’enfant.

Le traitement du nouveau-né consiste, dès la naissance, à le vacciner contre cette infection et à lui injecter des anticorps anti-VHB (immunoglobulines anti-hépatite B).

Actualités

Les douleurs éprouvées par de nombreuses femmes pendant des rapports sexuels peuvent d'être d'origine physique et/ou psychologique (illustration).

Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunies) : diagnostic et prise en charge

La prescription prophylactique d'IPP augmente le risque de pneumonie et de diarrhée à clostridies en soins intensifs

IPP en prévention des saignements digestifs chez les patients hospitalisés : examen de leur utilité

Attaque d'une cellule cancéreuse (en vert) par deux lymphocytes T (en bleu) modifiés par une immunothérapie (illustration numérique).

Immunothérapie contre le cancer : prometteuse, mais "attention aux emballements" (The Lancet)