En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les symptômes de l'hépatite B

Mis à jour : Mardi 03 Mars 2015

Quels sont les signes de l'hépatite B ?

Après la contamination, la période d’incubation de l’hépatite B peut durer plusieurs semaines sans qu’il y ait de symptômes. Ensuite, des signes de type grippal (fièvre, courbatures) peuvent apparaître pendant quelques jours puis disparaître.

Dans 20 à 40 % des cas, une phase dite « d’hépatite aiguë » se déclenche à la suite des symptômes « grippaux » : fatigue importante, jaunisse (coloration jaune de la peau et du blanc des yeux), urines foncées, nausées, perte d’appétit, maux de ventre du côté droit, et parfois démangeaisons. Ces symptômes, caractéristiques de toutes les hépatites, amènent le médecin à rechercher leur origine et un diagnostic d’hépatite B peut alors être posé.

Cette phase aiguë dure quelques mois. Si après six mois, les prises de sang révèlent que le virus de l’hépatite B est toujours présent dans le sang du patient, on parle d’hépatite B chronique.

Pendant les deux à trois mois qui suivent la contamination, la quantité de virus présent dans l’organisme est très importante, même si la personne contaminée ne présente aucun symptôme. Elle est donc contagieuse pour son entourage.

Qu'est-ce qu'une hépatite fulminante ?
Dans de très rares cas (moins d'un cas pour deux cents cas d'hépatite B aiguë), la contamination par le virus de l'hépatite B peut entraîner une inflammation très sévère et une destruction du foie, dite hépatite « fulminante », qui peut provoquer des hémorragies, un coma et le décès. La greffe d'un nouveau foie est le seul traitement de l'hépatite fulminante, qui peut également être causée par des produits toxiques (plantes, produits chimiques, etc.).

Comment évolue l'hépatite B ?

Dans la très grande majorité des cas (98 % des infections), l’évolution de l’hépatite B est sans gravité. Neuf personnes sur dix vont éliminer le virus grâce à leurs défenses immunitaires : elles guérissent spontanément et sont immunisées parce qu’elles ont fabriqué des anticorps contre le VHB.

Chez 10 % des personnes infectées (15 % chez les hommes, 5 % chez les femmes), le virus de l’hépatite B va rester dans le foie où il sera plus ou moins actif. Cette activité entraîne une hépatite chronique. Les personnes dites « immunodéprimées », c’est-à-dire dont les défenses immunitaires sont affaiblies (par exemple, chimiothérapie contre le cancer, dialyse, VIH/sida), développent une hépatite chronique plus fréquemment (40 % des cas).

Les personnes qui souffrent d’hépatite B chronique sont porteuses du VHB, en général sans problème de santé particulier. Mais chez 20 % de ces personnes, des complications apparaissent en l’absence de surveillance médicale et de traitement.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures