Hépatite C

Mis à jour : Vendredi 04 Septembre 2020

L’hépatite C est une infection du foie d’origine virale principalement transmise par le sang. Elle peut rester longtemps sans provoquer de symptômes et dans 80 % des cas évolue vers une hépatite chronique. Son dépistage a pour objectif de proposer un traitement aux personnes infectées. En effet, des antiviraux permettent désormais de guérir 95 % des patients traités.

Qu'est-ce que l'hépatite C ?

femme

L'hépatite C est une infection chronique du foie causée par un virus qui se transmet par le sang. Si cette infection guérit spontanément chez 20 % des personnes infectées, l'hépatite C devient une maladie chronique dans 80 % des cas. Lorsque cette maladie n'est pas diagnostiquée et traitée à temps, elle peut provoquer une cirrhose, voire un cancer du foie. On estime qu’il y a environ 5000 nouveaux cas d’hépatite C symptomatique par an dans notre pays chaque année. Il n'existe pas encore de vaccin pour s'en protéger.

Le virus de l’hépatite C, qui a envahi le foie et s’y multiplie, a une forte capacité d’adaptation. Il change régulièrement d’aspect extérieur (il « mute ») pour échapper aux mécanismes de défense immunitaire de l’organisme. Ce phénomène de mutation rapide explique que seulement deux personnes infectées sur dix parviennent à éliminer le virus sans traitement. Pour les huit autres, l’hépatite C devient une maladie chronique : le virus continue à se multiplier plus ou moins intensément dans le foie. Le plus souvent, cette phase chronique ne provoque aucun symptôme pendant des dizaines d’années.

Quels sont les symptômes de l'hépatite C ?

Après la contamination, une phase aiguë survient 4 à 12 semaines après la contamination et dure quelques mois. Elle passe le plus souvent inaperçue ou peut être accompagnée, dans 30 % des cas, de symptômes évoquant la grippe. Dans 80 % des cas, l’hépatite C devient une maladie chronique. Le plus souvent, aucun symptôme n’est présent pendant des dizaines d’années, même si l’on constate une tendance à une fatigue durable, voire des troubles de l’humeur. En l’absence de surveillance médicale et de traitement, une cirrhose voire un cancer du foie peut apparaître.

L'hépatite C est-elle une maladie fréquente ?

Dans le monde, il y aurait au moins 170 millions de personnes infectées par le virus de l’hépatite C, le taux d’infection le plus élevé étant observé en Afrique (5 % en moyenne, jusqu’à 20 % en Égypte).

En France, en 2011, on estimait qu'il y avait 345 000 personnes ayant été en contact avec le virus de l’hépatite C et 232 000 porteurs d’une hépatite C chronique. Cependant, avec l’arrivée en 2014 de nouveaux traitements, le nombre de personnes porteuses d'une hépatite C chronique est en constante diminution. Actuellement, on estime qu’il reste environ 120 000 personnes à traiter en France, dont la moitié n’est pas encore dépistée.

Aujourd’hui, en France, les personnes les plus fréquemment touchées par l’hépatite C sont les usagers de drogue par voie intraveineuse (60 % d’entre eux sont atteints par cette maladie), les détenus (25 % des prisonniers sont infectés par ce virus) et les personnes séropositives pour le VIH/sida (qui sont co-infectées par le virus de l’hépatite C dans 25 % des cas).

Les personnes ayant reçu, avant 1992, une transfusion de sang ou de produits d'origine sanguine, ou celles ayant subi une greffe d'organe ou une intervention chirurgicale avant cette date peuvent avoir été infectées par le virus de l'hépatite C. Il en est de même pour les personnes ayant subi certains examens médicaux invasifs (par exemple une fibroscopie) avant 1997.

Ainsi, plus de la moitié des personnes qui souffrent d’hépatite C chronique ne présentent pas de problème de santé grave, même si l’on constate une tendance à une fatigue durable, voire des troubles de l’humeur. Mais chez une personne sur cinq, des complications peuvent apparaître en l’absence de surveillance médicale et de traitement.

Une hépatite, qu'est-ce que c'est ?
Les hépatites sont une inflammation du foie. Elles sont le plus souvent d’origine virale, mais elles peuvent également être causées par l’alcool, un médicament, une plante ou un produit chimique. Les différentes hépatites d’origine virale sont distinguées par une lettre de l’alphabet, en fonction du virus responsable : A, B, C, D et E. Selon leur mode de contamination, on peut les classer en trois types :
  • les hépatites virales d’origine alimentaire : A et E ;
  • les hépatites virales sexuellement transmissibles : B et D ;
  • les hépatites virales transmises par le sang : B et C.

Chaque année, en France, 5 500 décès sont dus aux complications d’une hépatite virale (dont entre 800 et 1 000 cancers du foie).

Actualités

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif

Dans le premier temps de la campagne de vaccination 2020/2021, la délivrance des doses de vaccins sera réservée aux seules personnes munies d'un bon de l'Assurance maladie (illustration).

Vaccins contre la grippe : priorité aux personnes ciblées par les recommandations vaccinales