En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Hoquet

Mis à jour : Lundi 02 Juillet 2018

Le hoquet est un petit tressautement irritant du diaphragme qui reste, dans la grande majorité des cas, anodin et sans conséquences. Il ne devient inquiétant que s’il persiste, car il provoque alors de fortes douleurs. Le médecin peut prescrire un traitement calmant dans les cas de hoquet persistant.

Quels sont les symptômes du hoquet ?

Le diaphragme et les muscles intercostaux se contractent involontairement, régulièrement et spontanément, poussant la cage thoracique vers le haut. Il en résulte des expulsions d’air involontaires. Comme la glotte se ferme en même temps, ces expulsions sont accompagnées d’onomatopées caractéristiques (« hic ! »). Le hoquet peut être douloureux, surtout quand il se produit au moment de l’inspiration. Il peut se répéter jusqu’à soixante fois par minute, et s’arrête généralement au bout de quelques instants.

Chez les nourrissons, le hoquet se produit le plus souvent après la tétée ou le biberon, avant que le bébé ne fasse son rot. Le hoquet est fréquent chez les enfants, en particulier chez ceux qui mangent un peu trop goulûment.

Quelles sont les complications du hoquet ?

Le hoquet est un phénomène fréquent et banal. Il s’arrête en général spontanément. Il arrive toutefois qu’il perdure plus de 48 heures ou récidive, provoquant insomnie, fatigue, difficultés à s’alimenter et perte de poids. Mais cela demeure exceptionnel.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité