En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment réagir en cas d’intolérance alimentaire?

Mis à jour : Lundi 11 Octobre 2010

Doit-on consulter un médecin en cas d’intolérance alimentaire ?

Lorsqu’on suspecte un lien entre des symptômes et un certain type d’aliment, il est préférable de consulter un médecin. Avant la consultation, il peut être utile de consommer plusieurs fois l’aliment suspect (à quelques jours d’intervalle) pour confirmer le lien entre celui-ci et les symptômes.

    Dans le cas où l’on suspecte une intolérance alimentaire chez un nourrisson, il est souhaitable de consulter un médecin si :
  • le nourrisson vomit ou présente une diarrhée,
  • il a régulièrement le ventre gonflé et douloureux, émet beaucoup de gaz ou présente des selles molles et malodorantes,
  • il a régulièrement des coliques,
  • il semble triste et apathique.

Que fait le médecin en cas d’intolérance alimentaire ?

S’il suspecte une intolérance alimentaire, le médecin pourra demander des examens complémentaires qui l’aideront à orienter son diagnostic et permettront d’éliminer la possibilité d’une allergie alimentaire. Le diagnostic d’une intolérance alimentaire peut être délicat et demander du temps. Si cette intolérance est confirmée, le médecin prescrit un régime alimentaire particulier : lait sans lactose ou aliments sans gluten, par exemple.

Si l’intolérance au lactose est liée à une gastro-entérite, le lait sera réintroduit progressivement, après guérison de l’infection intestinale.

Actualités

Repérage de vésicules cutanées évocatrices d'un zona (illustration).

Zona : synthèse des bonnes pratiques sur les connaissances, la prévention et la prise en charge

Les 10 articles de VIDAL les plus lus par les médecins en 2018

Arbre décisionnel pour l'hyperéosinophilie (complet et plus lisible ci-dessous), adapté de M Van Balkum et al., décembre 2018.

L’hyperéosinophilie, un "challenge diagnostique" en l’absence de cause évidente