Mal des transports (cinétose)

Mis à jour : Lundi 29 Juin 2020

Le mal des transports (également appelé cinétose ou naupathie) peut accompagner un déplacement en mer (mal de mer), en avion (mal de l’air), en train ou en voiture. Ce problème est fréquent et habituellement bénin. Certaines mesures permettent de prévenir souvent sa survenue.

Qu'est-ce que le mal des transports ?

mal de mer

Le mal des transports est un trouble lié aux déplacements qui provoque nausées et vomissements. Les pratiquants de planche à voile, de voile et même de plongée peuvent eux aussi souffrir de cette perturbation du centre de l’équilibre. Le mal de transport est rare chez les tout-petits. Il devient plus courant chez les enfants de 2 à 12 ans, puis régresse à l’adolescence. A l’âge adulte, les femmes sont plus touchées, notamment pendant la grossesse ou les règles, en particulier si celles-ci sont douloureuses.

Des antécédents de migraine ou de troubles de l'équilibre sont un facteur favorisant.

Quels sont les symptômes du mal des transports ?

Le mal des transports commence par une sensation de malaise et un manque d’appétit. Puis surviennent des nausées, souvent accompagnées d’une transpiration abondante, de vertiges et d’une salivation plus ou moins importante. Des vomissements surviennent jusqu’à ce que l’estomac soit vide, et même au-delà. À ce stade, le mal des transports ne disparaît pas forcément, et l’on peut continuer à ressentir des nausées. Dans les cas plus graves, c’est l’épuisement total avec apathie et hébétude.

Chez les jeunes enfants, le mal des transports peut se traduire par un dégoût des aliments, de l'agitation, des pleurs, des baillements, etc. Mais il est rare chez les nourrissons et touche plutôt les enfants à partir de 2 ans.

Heureusement pour ceux qui aiment les croisières, l’organisme finit par s’habituer au bout de quelques jours.

Quelles sont les complications éventuelles du mal des transports ?

En général, aucune complication n’est à craindre, car les symptômes disparaissent dès la fin du trajet ou le retour sur la terre ferme. Toutefois, l’état des petits enfants est à surveiller de près en cas de vomissements. En effet, s’ils n’arrivent pas à garder des aliments liquides dans l’estomac, ils risquent une déshydratation.

Actualités

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif

Dans le premier temps de la campagne de vaccination 2020/2021, la délivrance des doses de vaccins sera réservée aux seules personnes munies d'un bon de l'Assurance maladie (illustration).

Vaccins contre la grippe : priorité aux personnes ciblées par les recommandations vaccinales