Que faire en cas de mal des transports

Mis à jour : Vendredi 28 Juin 2019

Quelles sont les causes du mal des transports ?

Les causes du mal des transports sont complexes. L’organe de l’équilibre dans l’oreille interne perçoit très rapidement les balancements, les roulis, les ralentissements et les accélérations du moyen de transport ; il transmet ces excitations au centre de l’équilibre du cerveau. De même, les yeux et les récepteurs sensoriels des muscles et des articulations renvoient leurs informations sur la position du corps dans l’espace, mais moins rapidement que l’oreille interne. Le centre de l’équilibre reçoit donc en peu de temps des messages divers en partie contradictoires, qu’il ne peut traiter correctement. Le cerveau est pour ainsi dire « déconcerté » et réagit en conséquence en provoquant les troubles du mal des transports.

Le mal des transports est plus fréquent en bateau (mal de mer) mais peut aussi survenir avec les autres moyens de transport. Il survient plus souvent lorsque les mouvements sont importants (virages en montagne, turbulences en avion…).

Que faire en cas de mal des transports ?

  • Appliquez les mesures préventives, valables même lorsque vous êtes déjà en route.
  • Si possible, allongez-vous, les jambes surélevées, pour calmer les nausées.
  • Des techniques de relaxation peuvent soulager le mal des transports.
Conduite à tenir en cas de mal des transports
  Si les nausées et les vomissements continuent, plusieurs heures après la fin du voyage.
  Si les nausées et les vomissements sont systématiques, empêchant un déplacement nécessaire.
  Si le mal des transports a été diagnostiqué et qu'il se manifeste à chaque déplacement.
Légende
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de mal des transports ?

L’observation des symptômes et des circonstances de la survenue des nausées et des vomissements (lorsque la personne est en déplacement à bord d’un véhicule) permet de faire le diagnostic du mal des transports.

En cas vomissements persistants, le médecin examine et interroge le malade pour déterminer une autre cause. Si les vomissements ont été particulièrement abondants et répétés, il contrôle en particulier l’état d’hydratation du patient. Il prescrit, le cas échéant, un médicament contre l’envie de vomir.

Actualités

Un animal très recherché et très étudié (illustration).

La clé parfaite du pangolin, un voyage aux origines du SARS-CoV-2

Jusqu'au 31 mai 2020, NULOJIX peut être délivré en rétrocession aux patients ambulatoires dans les pharmacies à usage intérieur (illustration).

COVID-19 : possibilité de dispenser le bélatacept (NULOJIX) en rétrocession jusqu'au 31 mai 2020

Encore peu de publications décrites dans la littérature

Infection par SARS-CoV-2 : quid de l’atteinte rénale ?