En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment prévenir et traiter le mal des transports ?

Mis à jour : Mardi 15 Mai 2018

Quelques conseils pour prévenir le mal des transports

Des mesures simples permettent souvent d'éviter le mal des transportss :

  • Evitez les repas copieux avant le voyage, mais ne partez pas pour autant à jeun. Privilégiez une nourriture solide plutôt que liquide.
  • Renoncez à l’alcool, au tabac et au café, avant et pendant le voyage. Choisissez une section non-fumeurs dans les trains où la cigarette est encore permise et abstenez-vous de fumer en voiture.
  • Maintenez la tête droite, sans faire de mouvements brusques pendant le voyage.
  • En voiture, installez-vous à l’avant à côté du conducteur, ou à l’arrière au milieu, et regardez loin devant vous.
  • Dans le train ou sur le bateau, asseyez-vous dans le sens de la marche. Certaines personnes se sentent mal quand elles sont installées dans le sens contraire.
  • Choisissez une place près de la fenêtre et regardez le paysage au loin. Tant que les yeux perçoivent le déplacement, le mal se manifeste moins rapidement.
  • En bateau, évitez de rester à l’intérieur, les espaces confinés favorisent l’apparition des symptômes.
  • Si vous êtes sujets au mal des transports abstenez-vous de lire, d’écrire ou d’entreprendre une activité qui réclame votre attention visuelle.
  • L’efficacité des bracelets contre le mal des transports n’a jamais été prouvée. Ils sont supposés faire pression sur un point d’acupuncture qui préviendrait les nausées.

La phytothérapie en cas de mal des transports

Le rhizome de gingembre, sous forme de poudre ou de jus, peut être proposé dans la prévention et le traitement des nausées dues au mal des transports et au mal de mer. Plusieurs études ont montré son intérêt dans cette situation.

Quelques études ont également indiqué une certaine efficacité des extraits de menthe poivrée dans le traitement des nausées.

Les traitements médicamenteux en cas de mal des transports

Il existe plusieurs types de médicaments pour prévenir ou traiter le mal des transports. Ils sont vendus avec ou sans ordonnance selon les cas.

Des antihistaminiques H1 sont indiqués dans la prévention et le traitement du mal des transports. Selon les médicaments, ils sont utilisables chez l’adulte, chez l’enfant de plus de 2 ans ou de plus de 6 ans. Ils peuvent être obtenus sans ordonnance sur les conseils de votre pharmacien, néanmoins leur utilisation sans avis médical est déconseillée chez la personne âgée et chez la femme enceinte ou qui allaite. Ils doivent être pris une demi-heure à une heure avant le départ, puis si besoin, au cours du voyage en respectant un intervalle d’au moins six heures entre les prises.

La scopolamine, de la famille des atropiniques, peut être utilisée sur prescription médicale pour prévenir le mal des transports. Elle est réservée à l’adulte. Elle se présente sous forme de patch (dispositif transdermique) à coller derrière l’oreilles ; il doit être appliqué la veille au soir pour un départ matinal ou le plus longtemps possible avant le départ (entre 6 et 12s heures) et gardé pendant tout le voyage. Sa pose permet une protection pendant 72s heures.

Ces différents médicaments sont contre-indiqués en cas de risque de glaucome à angle fermé ou de risque de blocage des urines (lié à un adénome de la prostate). Ils peuvent être à l’origine d’une sécheresse de la bouche, d’une somnolence ou d'une baisse de la vigilance, plus ou moins intense selon les personnes.

Il existe également des médicaments homéopathiques contre le mal des transports. Ils revendiquent une action à la fois préventive et curative.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 22 Mai 2018

Antiémétiques atropiniques : scopolamine

Antihistaminiques antiémétiques

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

L'étude Vican5 a été réalisée par l'Inserm et publiée le 20 juin 2018 sur le site de l'Inca.

VICAN5 : 5 ans après un diagnostic de cancer, 33 % des patients n’ont pas de suivi en médecine générale

Les troubles de l'érection sont associés à un risque cardiovasculaire deux fois plus élevé chez les hommes de plus de 60 ans (illustration).

Risque cardiovasculaire : nouvelles données favorables à une valeur prédictive de la dysfonction érectile

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019