En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic de la maladie de Crohn

Mis à jour : Jeudi 19 Mai 2016

Il n'y a actuellement pas de test permettant de prédire la survenue de maladie de Crohn. Le diagnostic de la maladie de Crohn repose sur l'interrogatoire du patient (analyse des symptômes), l'examen clinique et certains examens complémentaires.

L'iléocoloscopie dans le diagnostic de la maladie de Crohn

schéma estomac et intestins

L’iléocoloscopie consiste à observer la paroi du gros intestin et de l’iléon à l’aide d’une sonde endoscopique souple, un ensemble de fibres optiques pourvu d’une lumière et d’une caméra. La sonde est introduite par l’anus. Cet examen s’effectue sous anesthésie générale et nécessite que le côlon soit vidé de son contenu (patient à jeun, prise de liquide de lavage intestinal avant l’examen, voire régime sans résidus et médicaments laxatifs quelques jours avant l’examen).

L’iléocoloscopie permet d’observer des signes d’inflammation et de fragilité de la paroi de l’intestin, ainsi que des ulcères. En fonction de ce qu’il observe, le médecin pourra affecter un score de sévérité et un score d’étendue aux lésions. Si nécessaire, il prélèvera un petit fragment de paroi intestinale pour analyse (une « biopsie »).

Les autres examens complémentaires de la maladie de Crohn

Chez les patients pour lesquels les examens endoscopiques ne sont pas réalisables (présence d’une dilatation ou d’une fragilisation excessive du côlon), il est possible d’avoir recours à des examens de type IRM ou échographie pour évaluer la sévérité d’une maladie de Crohn.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?