En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Rectocolite hémorragique

Mis à jour : Jeudi 24 Mai 2018
Image sponsoring article

Également appelée colite ulcéreuse, la rectocolite hémorragique est une maladie inflammatoire chronique du rectum et du côlon (gros intestin) qui évolue par poussées imprévisibles. La fréquence des poussées et leur sévérité sont variables selon les patients. Lorsqu'elle est prise en charge médicalement, la rectocolite hémorragique n'est pas une maladie grave, mais les poussées peuvent représenter une gêne dans la vie quotidienne. Des traitements dits « d'entretien » existent pour prévenir les rechutes et les complications de cette maladie.

Qu'est-ce que la rectocolite hémorragique ?

La rectocolite hémorragique est une maladie du gros intestin (côlon) et du rectum qui fait partie des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) comme, par exemple, la maladie de Crohn. Évoluant par poussées dont la fréquence, la durée et la sévérité varient considérablement selon les patients, la rectocolite hémorragique se traduit principalement par des maux de ventre, le besoin impérieux et fréquent d’aller aux toilettes, souvent sans résultat ou pour faire de petites quantités de sang ou de glaires sanguinolentes, ainsi que de la fatigue.

La rectocolite hémorragique provoque une inflammation, des ulcères et une fragilité de la partie la plus superficielle de la paroi interne du côlon et du rectum. Cette maladie ne touche que le gros intestin et le rectum (à la différence de la maladie de Crohn qui peut également affecter l’intestin grêle).

La rectocolite hémorragique n’est pas contagieuse.

 

gros côlon rectum
Schéma du gros intestin et rectum

 

La rectocolite hémorragique est-elle fréquente ?

En France, la rectocolite hémorragique touche environ une personne sur mille. Un peu plus de trois mille nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Cette maladie semble plus fréquente chez les personnes qui vivent en ville.

La rectocolite hémorragique est le plus souvent diagnostiquée chez des personnes âgées de 30 à 40 ans, mais elle est parfois observée chez des enfants et des adolescents. Les hommes et les femmes sont touchés en égale proportion. Une prédisposition familiale existe, en particulier dans les populations d’origine européenne ou juive ashkénaze.

La rectocolite hémorragique chez les enfants et les adolescents
Chez les enfants et les adolescents, les symptômes de la rectocolite hémorragique sont similaires à ceux observés chez les adultes. Seules les conséquences diffèrent : une rectocolite hémorragique sévère et durable peut entraîner des troubles de la croissance ou un retard de la puberté. Des mesures nutritionnelles et une surveillance régulière permettent d’éviter ces complications.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité