En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic de la rectocolite hémorragique

Mis à jour : Mardi 09 Octobre 2018
Image sponsoring article

Le diagnostic de la rectocolite hémorragique repose sur l’interrogatoire (description des symptômes), l’examen clinique et certains examens complémentaires.

La rectosigmoïdoscopie dans le diagnostic de la rectocolite

schéma estomac et intestins

La rectosigmoïdoscopie consiste à observer la paroi interne du rectum et de la partie finale du côlon à l’aide d’une sonde endoscopique souple, un ensemble de fibres optiques capables d’éclairer et de filmer ces organes. La sonde est introduite par l’anus après un lavement. Cet examen se fait généralement sous anesthésie légère et ne nécessite pas d’être à jeun.

En cas de rectocolite hémorragique, la rectosigmoïdoscopie permet d’observer les signes d’inflammation et de fragilité de la paroi du rectum et du côlon sigmoïde, ainsi que des ulcères présents sur l’ensemble de cette paroi. En fonction de ce qu’il observe, le médecin pourra affecter un score de sévérité et un score d’étendue aux lésions. Si nécessaire, il pourra prélever un petit fragment de paroi intestinale pour analyse (une « biopsie »).

L'iléocoloscopie dans le diagnostic de la rectocolite

L’iléocoloscopie est un examen très proche de la rectosigmoïdoscopie qui explore des parties plus hautes de l’intestin : l’ensemble du côlon et la partie terminale de l’intestin grêle (iléon). Cet examen s’effectue sous anesthésie générale et nécessite que le côlon soit vidé de son contenu (patient à jeun, prise de liquide de lavage intestinal avant l’examen, voire régime sans résidus et médicaments laxatifs quelques jours avant l’examen).

Les autres examens complémentaires de la rectocolite

Chez les patients pour lesquels les examens endoscopiques ne sont pas réalisables (présence d’une dilatation ou d’une fragilisation excessive du côlon), il est possible d’avoir recours à des examens de type IRM ou échographie pour évaluer la sévérité d’une rectocolite hémorragique.

Actualités

Le guide publié par le RESPADD propose aux professionnels les informations nécessaires pour un bon usage des médicaments antalgiques opioïdes.

Bon usage des médicaments antalgiques opioïdes : le RESPADD publie un guide pratique

Les propriétés antiagrégantes plaquettaires de l\\\'aspirine ont été découvertes en 1967 (illustration).

Seniors en bonne santé : prendre de l'aspirine à faible dose est-il utile ?

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : la HAS publie un guide à destination des médecins généralistes.

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : un guide de la HAS pour les médecins généralistes