En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les médicaments de la rectocolite hémorragique

Mis à jour : Vendredi 26 Février 2016

Le traitement de la rectocolite hémorragique repose sur la prescription de médicaments qui régulent le fonctionnement du système immunitaire du patient : anti-inflammatoires et immunosuppresseurs.

Les médicaments anti-inflammatoires (dérivés aminosalicylés et corticoïdes) visent à réduire les symptômes de l’inflammation provoquée par le fonctionnement anormal et excessif du système immunitaire. Les médicaments immunomodulateurs ou immunosuppresseurs (azathioprine, infliximab, ciclosporine) ont une activité plus spécifiquement ciblée sur certaines cellules du système immunitaire et leur activité.

Les dérivés aminosalicylés dans le traitement de la rectocolite hémorragique

Les dérivés aminosalicylés exercent une action anti-inflammatoire locale sur les parois du côlon et du rectum, sans devoir être au préalable absorbés dans le sang. Ils ont montré leur efficacité en cas de poussées d’intensité faible à modérée mais ils ne sont pas suffisamment efficaces pour traiter les poussées de forte intensité ou les formes graves de la maladie. Les dérivés aminosalicylés sont également utiles dans le traitement au long cours (traitement d’entretien) en cas d’atteinte du côlon gauche ou de l’ensemble du côlon.

Les dérivés aminosalicylés présentés sous forme de suppositoires sont efficaces en cas d’atteinte limitée au rectum. Sous forme de lavements (suspensions rectales), ils le sont dans les atteintes du rectum ou de la partie gauche du côlon. Les comprimés sont conçus pour résister à la digestion et pour libérer la substance active directement dans le côlon et le rectum.

Le plus souvent bien tolérés, les dérivés aminosalicylés entraînent parfois des effets indésirables : maux de tête, nausées et vomissements, voire douleurs des mains et des pieds ou diarrhées (dans le cas de l’olsalazine chez 10 à 20 % des patients). Parmi les dérivés aminosalicylés, la mésalazine (5-ASA) semble la mieux tolérée. Chez certains patients, la sulfasalazine peut provoquer des réactions allergiques aigues (syndrome d’hypersensibilité et syndromes de Lyell et de Stevens-Johnson). Son usage est plutôt réservé aux patients qui souffrent également de rhumatismes de la colonne vertébrale (spondylarthropathie).

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Anti-inflammatoires intestinaux

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les corticoïdes dans le traitement de la rectocolite hémorragique

Dans le cadre du traitement de la rectocolite hémorragique, les corticoïdes peuvent être prescrits par voie orale ou sous forme de lavement.

Les corticoïdes par voie orale

Les corticoïdes par voie orale permettent une amélioration rapide des symptômes de la rectocolite hémorragique : diminution des douleurs et de la diarrhée, amélioration de l’état général. Le traitement est poursuivi plusieurs semaines ou plusieurs mois et l’arrêt du traitement doit être progressif pour éviter un risque de rechute. Les corticoïdes doivent être pris de préférence le matin.

Les effets indésirables des corticoïdes par voie orale apparaissent lorsque le traitement est poursuivi plusieurs semaines : gonflements (œdèmes), diabète, ostéoporose (un apport en calcium et en vitamine D est généralement prescrit en prévention), faiblesse musculaire, peau anormalement fine, vergetures, excitation, euphorie, insomnie, troubles oculaires (cataracte, glaucome), etc. En cas de traitement prolongé, des examens réguliers permettent de dépister ces éventuels effets indésirables.

Corticoïdes : dexaméthasone

Corticoïdes : méthylprednisolone

Légende
Médicament générique

Les corticoïdes par voie rectale

Les corticoïdes en lavement se présentent sous forme de solution rectale ou de mousse. Ils agissent localement et sont prescrits lorsque la rectocolite hémorragique touche le rectum et le côlon gauche. Le traitement est bref (moins de deux semaines). Le lavement est administré de préférence le soir au coucher, en essayant dans la mesure du possible de s’endormir en « gardant » le lavement.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Corticoïdes par voie rectale

L'azathioprine dans le traitement de la rectocolite hémorragique

L’azathioprine est indiquée dans les formes sévères de rectocolite hémorragique chez les patients qui ne peuvent pas prendre de corticoïdes ou chez ceux pour lesquels les corticoïdes sont insuffisamment efficaces. L’effet de l’azathioprine ne se manifeste qu’après quelques semaines ou quelques mois de traitement.

Les effets indésirables les plus fréquents de l’azathioprine sont des nausées et des anomalies du sang qui nécessitent des prises de sang de contrôle régulières. Les patients traités par azathioprine sont plus sensibles aux infections. La survenue d’un épisode de fièvre justifie donc une consultation médicale rapide.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Immunosuppresseurs : azathioprine

Légende
Médicament générique

Les anti-TNF dans le traitement de la rectocolite hémorragique

Les médicaments dit « anti-TNF » se lient au TNF-alpha (Tumor necrosis factor), une protéine fabriquée en excès au cours de certaines maladies inflammatoires, et en bloquent l’action. Il s’agit d'anticorps monoclonaux produits par des cellules de l’immunité cultivées en laboratoire.

Les agents anti-TNF indiqués dans le traitement de la rectocolite hémorragique sont l’infliximab, l'adalimumab et le golimumab. Ils sont utilisés pour traiter les poussées modérées à sévères et non contrôlées malgré l’utilisation des anti-inflammatoires (corticoïdes) ou des immunosuppresseurs. L’infliximab est administré par voie intraveineuse, en perfusion de une ou deux heures. Des réactions allergiques ont rarement été observées en cours de perfusion. Son utilisation est donc réservée à l'usage hospitalier. L'adalimumab et le golimumab sont administrés par voie sous-cutanée. Ils doivent obligatoirement être prescrits la première fois à l'hôpital.

Ces médicaments augmentent le risque de certaines infections (en particulier la tuberculose) et la vigilance est de mise au moindre signe d'infection (fièvre, frissons, etc.) qui doit amener à consulter son médecin rapidement. De plus, une mise à jour des vaccinations est nécessaire avant le démarrage du traitement.

Les autres effets indésirables des anti-TNF sont des troubles cardiaques, des problèmes de peau ressemblant au psoriasis ou au lupus, des douleurs dans les mains et les pieds, etc.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Agents anti-TNF : adalimumab

Agents anti-TNF : golimumab

Agents anti-TNF : infliximab

La ciclosporine dans le traitement de la rectocolite hémorragique

La ciclosporine est un immunosuppresseur prescrit dans les poussées sévères de rectocolite hémorragique. Administrée initialement en intraveineuse pendant quelques jours, elle est ensuite administrée par voie orale durant quelques mois.

Ses effets indésirables sont nombreux : hypertension artérielle, picotements dans les membres, tremblements, crises d’épilepsie en cas de surdosage, etc. Le risque d’infection est augmenté chez les personnes qui en reçoivent, surtout si la ciclosporine est associée à des corticoïdes ou à l’azathioprine.

Actuellement, il n’existe pas de médicament à base de ciclosporine officiellement indiqué dans le traitement de la rectocolite hémorragique car les laboratoires qui commercialisent ces médicaments n’en ont pas fait la demande aux autorités de santé. Néanmoins, les spécialistes de cette maladie peuvent prescrire ceux qui sont autorisés pour d’autres maladies.

Rectocolite hémorragique, aspirine et AINS

L’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, ibuprofène, diclofénac, acide niflumique, par exemple) sont des substances fréquemment prescrites pour contrôler la fièvre ou la douleur. Les personnes qui souffrent de rectocolite hémorragique doivent éviter d’utiliser ces substances qui peuvent aggraver leurs symptômes. Pour soulager des douleurs courantes, mieux vaut prendre du paracétamol.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures