En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le traitement de la rectocolite hémorragique

Mis à jour : Vendredi 26 Février 2016

Aujourd'hui, la rectocolite hémorragique est une maladie dont on ne guérit pas définitivement. Le traitement médicamenteux de la rectocolite hémorragique a pour objectif de soulager les crises, prévenir les rechutes et les complications, ralentir la progression des lésions le long du côlon et maintenir la qualité de vie du patient.

Le traitement de la rectocolite hémorragique peut également mettre en œuvre des mesures chirurgicales.

Le suivi médical des patients atteints de rectocolite hémorragique

Les personnes qui souffrent de rectocolite hémorragique font l’objet d’un suivi médical dont la fréquence varie selon la sévérité de la maladie : une fois par an en l’absence de poussée et de traitements, deux fois par an chez les personnes qui prennent un traitement d’entretien sans connaître de poussées, une fois par mois voire plus fréquemment pendant les poussées.

Au cours du suivi médical, un examen endoscopique (rectosigmoïdoscopie ou iléocoloscopie) est effectué, qui permet au médecin de mesurer objectivement l’état de l’intestin à l’aide de divers scores de sévérité : par exemple, le score de Truelove et Witts, ou la classification de Montréal qui définit quatre degrés de sévérité (de S0 à S3) et trois degrés d’étendue des lésion (de E1 à E3).

La consultation de suivi médical permet également de faire un bilan sur les traitements et sur l’état nutritionnel du patient (à l’aide d’une prise de sang). Les personnes qui, pour contrôler leur maladie, sont obligées de prendre des corticoïdes pendant plusieurs mois font l’objet d’examens particuliers : mesure de la densité des os, mesure du taux de glucose (sucre) dans le sang, examen des yeux, etc.

L'association François Aupetit (AFA)
L’association François Aupetit (AFA) est une association regroupant des personnes atteintes de maladies intestinales chroniques de l’intestin (MICI) : rectocolite hémorragique, maladie de Crohn et autres colites chroniques. Ses missions sont de promouvoir, susciter et financer des programmes de recherche, d’informer les malades, les proches, les professionnels de santé et le public, et de soutenir les malades et leurs proches.
Pour en savoir plus sur l’AFA

Alimentation et rectocolite hémorragique

Dans la plupart des cas, la rectocolite hémorragique n’a pas de conséquence sur l’état nutritionnel des personnes qui en souffrent. Les formes les plus sévères peuvent entraîner une carence en fer (anémie) ou en certaines vitamines. Dans ce cas, des suppléments de vitamines et de minéraux sont prescrits. Le suivi nutritionnel des enfants et des adolescents atteints de rectocolite hémorragique est particulièrement important pour éviter un impact de la maladie sur leur développement.

Pendant les poussées, l’alimentation a peu d’influence sur les symptômes de la rectocolite hémorragique. Certains médecins recommandent de limiter ou de supprimer la consommation de légumes et de fruits pendant les poussées, ainsi que celle d’épices, de caféine et de boissons alcoolisées. En période de rémission, l’alimentation doit être équilibrée et diversifiée, sans restrictions.

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures