En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Quels sont les médicaments contre les vers intestinaux ?

Mis à jour : Vendredi 28 Avril 2017

Les médicaments utilisés en cas d’oxyures

Pour se débarrasser des oxyures, il faut prendre un traitement vermifuge (également appelé antihelminthique). Ces traitements peuvent être obtenus sans ordonnance, à l'exception de l'albendazole (ZENTEL). Ils existent sous forme de comprimés ou de suspensions buvables, plus particulièrement adaptées aux jeunes enfants.

Les médicaments vermifuges n'agissent que sur les vers adultes. En raison du cycle de vie des oxyures, il faut renouveler le traitement au bout de deux ou trois semaines, pour éviter une nouvelle infestation par les œufs qui ont éclos entre temps. Il est recommandé de traiter toute la famille.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 18 Septembre 2018

Antiparasitaires : antihelminthiques

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les traitements du ténia ou de la douve du foie

En cas d'infestation par le tænia ou la douve du foie, il existe des traitements spécifiques contre ces parasites. Ils ne sont délivrés que sur ordonnance.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 18 Septembre 2018

Antiparasitaires : antihelminthiques

Actualités

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : la HAS publie un guide à destination des médecins généralistes.

Prise en charge des personnes vivant avec le VIH : un guide de la HAS pour les médecins généralistes

La campagne #MeToo, lancée en octobre 2017 suite à l'affaire Weinstein, vise à sensibiliser la société sur la fréquence et l'impact dévastateur du harcèlement et des agressions sexuelles.

Harcèlement sexuel et agressions sexuelles des femmes : étude des risques santé à long terme

Examen clinique de la glande thyroïde (illustration).

Hypothyroïdie fruste sans facteur de risque : 21 essais randomisés confirment l’inutilité d’un traitement