En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Quels sont les médicaments contre les vers intestinaux ?

Mis à jour : Vendredi 28 Avril 2017

Les médicaments utilisés en cas d’oxyures

Pour se débarrasser des oxyures, il faut prendre un traitement vermifuge (également appelé antihelminthique). Ces traitements peuvent être obtenus sans ordonnance, à l'exception de l'albendazole (ZENTEL). Ils existent sous forme de comprimés ou de suspensions buvables, plus particulièrement adaptées aux jeunes enfants.

Les médicaments vermifuges n'agissent que sur les vers adultes. En raison du cycle de vie des oxyures, il faut renouveler le traitement au bout de deux ou trois semaines, pour éviter une nouvelle infestation par les œufs qui ont éclos entre temps. Il est recommandé de traiter toute la famille.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Novembre 2017

Antiparasitaires : antihelminthiques

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les traitements du ténia ou de la douve du foie

En cas d'infestation par le tænia ou la douve du foie, il existe des traitements spécifiques contre ces parasites. Ils ne sont délivrés que sur ordonnance.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Novembre 2017

Antiparasitaires : antihelminthiques

Actualités

Le pic épidémique de la griippe 2017 - 2018 est probablement atteint et dépassé (source : Agence Santé Publique France).

Surveillance de l'épidémie de grippe : pic probablement dépassé, souche A/H1N1 prédominante en France

Les nourrissons de 0 à 18 mois, nés après le 1er janvier 2018, devront être à jour du nouveau calendrier vaccinal comportant 11 valences pour pouvoir entrer en collectivité (illustration).

Obligation vaccinale des nourrissons en pratique : 10 injections, 6 consultations, 14 vaccins disponibles

L'usage à visée esthétique de concentrés plaquettaires autologues (CPA) est interdit en France (illustration).

Concentrés plaquettaires autologues : l'ANSM rappelle leur interdiction en injection à visée esthétique