En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Qui doit faire une ostéodensitométrie ?

Mis à jour : Mercredi 16 Mars 2016

Un questionnaire pour évaluer son risque d'ostéoporose

Un questionnaire existe qui permet d’évaluer son risque pour l’ostéoporose. Répondre « oui » à l’une de ces questions ne signifie pas que l'on souffre forcément d’ostéoporose. Les réponses positives indiquent simplement l’existence de facteurs de risque cliniquement prouvés qui peuvent conduire à l‘ostéoporose ou à des fractures. En cas de doute, montrez vos réponses à ce test à votre médecin qui décidera si une ostéodensitométrie s‘avère nécessaire.

Vos antécédents familiaux

  • 1. A-t-on diagnostiqué de l’ostéoporose chez votre père ou votre mère ; ou l’un d’eux s’est-il fracturé le col du fémur à la suite d’un choc ou d’une chute sans gravité ?
  • 2. Un de vos parents est-il voûté ?

Vos facteurs cliniques personnels

Ceux-ci sont des facteurs de risque fixes avec lesquels on est né ou qu‘on ne peut pas changer. Mais cela ne veut pas dire qu‘ils doivent être ignorés. Il est important de se rendre compte de ses risques fixes afin de prendre les mesures nécessaires pour prévenir la perte osseuse.

  • 3. Avez-vous 40 ans ou plus ?
  • 4. Vous êtes-vous fracturé un os à la suite d’un choc ou d’une chute sans gravité ?
  • 5. Tombez-vous fréquemment (plus d‘une fois par an) ou craignez-vous de tomber parce que vous vous sentez frêle ?
  • 6. Votre taille a-t-elle diminué de plus de 3 cm après l‘âge de 40 ans ?
  • 7. Êtes-vous trop maigre (votre IMC est-il inférieur à 19 kg/m2) ?
  • 8. Avez-vous pris des corticoïdes (cortisone, prednisone, etc.) pendant plus de trois mois consécutifs (les corticoïdes sont souvent prescrits dans les cas d‘asthme, de polyarthrite rhumatoïde ou de certaines maladies inflammatoires) ?
  • 9. Souffrez-vous de polyarthrite rhumatoïde ?
  • 10. Souffrez-vous d‘hyperthyroïdie ou d‘hyperparathyroïdie ?

Pour les femmes : questions 11 à 13 puis 15 à 19

(pour les hommes, passez directement aux questions 14 à 19)

  • 11. Pour les femmes de plus de 45 ans : Votre ménopause a-t-elle commencé avant l’âge de 45 ans ?
  • 12. Vos règles se sont-elles interrompues pendant 12 mois consécutifs ou plus (pour une autre raison que la grossesse, la ménopause ou une hystérectomie) ?
  • 13. Avez-vous subi une ablation des ovaires avant l‘âge de 50 ans, sans prendre de traitement hormonal substitutif ?

Pour les hommes

(pour les femmes, passez directement aux questions 15 à 19)

  • 14. Avez-vous souffert d’impuissance, d’un manque de libido ou d’autres symptômes liés à un faible taux sanguin de testostérone ?

Votre style de vie

Il existe des facteurs de risque modifiables qui surviennent principalement en raison des choix d’alimentation ou de style de vie.

  • 15. Buvez-vous régulièrement de l’alcool au-delà des limites raisonnables (plus de 2 verres d‘alcool par jour) ?
  • 16. Fumez-vous, ou avez-vous régulièrement fumé des cigarettes ?
  • 17. Est-ce que votre niveau d‘activité physique est inférieur à 30 minutes par jour (ménage, jardinage, marche, footing, etc.) ?
  • 18. Évitez-vous, ou êtes-vous allergique au lait ou aux produits laitiers, sans prendre un supplément de calcium ?
  • 19. Passez-vous moins de 10 minutes par jour à l‘extérieur (en exposant une partie de votre corps au soleil), sans prendre un supplément de vitamine D ?

De plus, même si l'ostéoporose est une maladie silencieuse, certaines de ses complications peuvent donner l'alerte :

  • perdre plus d’un centimètre de taille tous les dix ans (soit 3 cm entre 20 et 50 ans) ;
  • avoir un dos qui se voûte progressivement ;
  • présenter une fracture après un choc minime (le plus souvent une fracture du poignet).

Sources:

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?