En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les autres types d'acidocétose

Mis à jour : Mercredi 20 Juin 2012

Au-delà de celle liée au diabète, les autres formes d'acidocétose sont rares.

Les acidocétoses liées au jeûne

Une cétose modérée apparaît en cas de jeûne, de régime sans sucre ou de vomissements répétés et, parfois, chez la femme enceinte. Elle est facilement compensée par une prise alimentaire sucrée.

L’acidocétose s’observe chez les personnes en hypoglycémie prolongée et qui présentent donc un taux sanguin de glucose trop faible pour déclencher la sécrétion d’insuline par le pancréas. En effet, c’est le taux de glucose dans le sang qui, au-delà d’un certain seuil, déclenche la sécrétion d’insuline. Ce cas de figure est observé, par exemple, chez les personnes qui font un régime sans glucides (« sans sucres »), chez des sportifs d’endurance après un effort prolongé ou chez des personnes qui ne s’alimentent pas suffisamment pour diverses raisons.

Diabète et ramadan
Pour des raisons religieuses, les croyants musulmans pratiquent le ramadan qui implique notamment un jeûne répété, chaque jour pendant un mois, du lever au coucher du soleil. Le Coran précise que le croyant est exempté du jeûne si cela peut mettre en péril sa santé. Néanmoins, pour les patients diabétiques qui souhaitent tout de même pratiquer le jeûne, il est recommandé de prévoir avec le médecin des adaptations de leurs doses d'insuline. En effet, outre le risque d'hypoglycémie pendant la journée, le patient risque de ne pas s'injecter suffisamment d'insuline au moment des repas pour utiliser tout le sucre dont il a besoin après une journée de jeûne.

L'acidocétose liée aux régimes amaigrissants

Les personnes qui pratiquent un jeûne prolongé ou ne consomment pas suffisamment de glucides (« sucres ») produisent moins d’insuline. Si ces faibles taux sanguins d’insuline perdurent, la cétose modérée risque de s’aggraver en acidocétose. Pour cette raison, en cas de régime amaigrissant, l’alimentation doit néanmoins préserver un certain apport en glucides (pommes de terre, pâtes, riz, lentilles, légumes secs, etc.).

L'acidocétose liée aux troubles digestifs

Les personnes qui présentent des vomissements importants et répétés, et qui ne peuvent pas se réalimenter (par exemple lors d’une gastro-entérite), ont un risque plus élevé de développer une cétose modérée susceptible de s’aggraver en acidocétose si leur état persiste plusieurs jours. Pour prévenir cette forme d’acidocétose, le patient doit boire de l’eau sucrée pour maintenir un apport de sucre dans l’organisme et se réhydrater.

Qu'est-ce que l'acidocétose alcoolique ?

L’acidocétose alcoolique affecte un patient suite à une consommation excessive d’alcool récente (une « cuite »). Suite à cette alcoolisation, le patient présente des vomissements souvent associés à des douleurs abdominales qui entraînent une période de jeûne. Chez ce patient déjà déshydraté à cause de son excès de boissons alcoolisées, l’acidocétose peut devenir sévère mais elle est facilement traitée par administration de sérum physiologique additionné de glucose (sucre).

Le traitement des acidocétoses non diabétiques

Les patients qui présentent une acidocétose liée à une hypoglycémie prolongée doivent boire de l’eau sucrée ou manger des aliments riches en sucre. Dans les cas sévères, ils peuvent être hospitalisés et recevoir une perfusion de sérum physiologique additionné de glucose et de potassium. Dans le cas de l’acidocétose due à une hypoglycémie, l’injection d’insuline est évidemment contre-indiquée.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?