Les autres médicaments du diabète de type 1

Mis à jour : Jeudi 06 Février 2020

Le glucagon

Le glucagon est un médicament d'urgence administré en cas de coma hypoglycémique chez le diabétique de type 1. Injecté de préférence par voie sous-cutanée ou intramusculaire, il élève la glycémie au bout de dix minutes environ. Son action dure 30 à 60 minutes.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 18 Février 2020

Hyperglycémiant : glucagon

Les antidiabétiques oraux

Les antidiabétiques oraux ne sont pas utilisés dans le traitement du diabète de type 1. Néanmoins ceux contenant de la metformine peuvent être indiqués en traitement d'appoint chez certains patients obèses présentant une insulinorésistance. Dans ce cas, la metformine permettrait une légère baisse des besoins en insuline. Les médicaments à base de metformine sont listés ici.

Les traitements des complications rénales et oculaires

Le captopril est un inhibiteur de l'enzyme de conversion. Il peut être prescrit pour ralentir l’évolution de la néphropathie, une complication du diabète.

Plusieurs médicaments, administrés par voie intravitréenne, sont indiqués dans le traitement de la baisse visuelle due à un œdème maculaire diabétique, une autre complication possible du diabète.

Les traitements en cas de risque cardiovasculaire élevé

Lorsqu'un patient diabétique présente un risque cardiovasculaire élevé, le médecin peut être amené à prescrire des traitements complémentaires visant à diminuer ce risque.

Actualités

Au-delà de l'approche antivirale, de multiples essais en cours pour lutter contre le choc cytokinique (illustration).

Choc cytokinique : les essais thérapeutiques en cours dans la COVID-19

Une production de cytokines excessive et autoentretenue (illustration).

COVID-19 : le rôle du choc cytokinique et les premières pistes thérapeutiques

Les infirmiers/ières sont autorisé(e)s jusqu'au 15 avril 2020 à prolonger certains soins initialement prescrits par un médecin, au-delà de la durée de validité de l'ordonnance (illustration).

COVID-19 et continuité des soins : des dispositions dérogatoires pour les infirmiers et les sages-femmes