En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Grossesse et diabète de type 1

Mis à jour : Lundi 09 Janvier 2017

Peut-on avoir un enfant lorsqu'on est diabétique ?

Le diabète de type 1 n’empêche pas d’avoir des enfants, mais les femmes diabétiques enceintes doivent être suivies de manière rapprochée. Pour que la grossesse se passe dans de bonnes conditions, il est nécessaire que la glycémie soit parfaitement contrôlée par le traitement pendant mais également avant la grossesse (durant la période de conception). C’est pour cette raison que l’on conseille aux femmes diabétiques d’avoir systématiquement recours à un moyen de contraception afin de pouvoir soigneusement programmer leur grossesse.

Les modifications hormonales et métaboliques de la grossesse rendent plus complexe le contrôle de la glycémie. Au cours du premier trimestre, la femme enceinte a tendance à présenter des hypoglycémies. A partir du deuxième trimestre, une certaine insensibilité à l’insuline se développe qui implique d'augmenter régulièrement les doses d'insuline. Le troisième trimestre se caractérise par une tendance aux épisodes d’acidocétose, en particulier au moment de l'accouchement. Une crise d’acidocétose sévère peut provoquer la mort du fœtus.

Le régime alimentaire de la femme diabétique enceinte est adapté afin de faciliter le contrôle de la glycémie et de réduire le risque d’acidocétose. En général, l’apport alimentaire est réparti en six repas, dont un au moment du coucher pour réduire la période de jeûne nocturne.

Pendant l’accouchement, la glycémie est mesurée toutes les heures. Une perfusion d’insuline et de sérum glucosé est mise en place pour stabiliser le taux de sucre dans le sang. Après la naissance, les besoins en insuline chutent soudainement et exposent la mère au risque d'hypoglycémie.

Pour toutes ces raisons, les femmes diabétiques qui envisagent une grossesse doivent en parler au préalable à leur médecin qui les aidera à bien préparer cette période.

Le diabète gestationnel
Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance au glucose qui est induit par la grossesse et qui se traduit par une glycémie élevée chez une femme qui n'avait pas de troubles diabétiques jusque-là. En l'absence de prise en charge, le poids du bébé est supérieur à 4 kg ce qui rend l'accouchement difficile, d'autant plus que le bébé peut souffrir de détresse respiratoire par manque de maturation des poumons. En cas de diabète gestationnel, des mesures alimentaires sont mises en place pour réduire le nombre de calories ingérées chaque jour et répartir la prise de nourriture tout au long de la journée. Après une à deux semaines de ce régime, la glycémie doit être normale. Si ce n'est pas le cas, un traitement par insuline est prescrit. Le diabète gestationnel concerne 3 à 6 % des grossesses. La présence de diabète gestationnel pendant la grossesse prédispose la mère à un diabète de type 2 par la suite.

Peut-on allaiter lorsqu'on est diabétique ?

L'allaitement du bébé est possible en cas de diabète maternel lorsque celui-ci est traité par insuline. L’alimentation doit tenir compte des besoins spécifiques à la femme allaitante : augmentation du nombre de calories ingérées chaque jour, préférence pour les glucides contenus dans les féculents et les légumes secs, apport suffisant de calcium, de fer et de vitamines.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères