Les causes et la prévention du diabète de type 2

Mis à jour : Mercredi 18 Décembre 2019

Quelles sont les causes du diabète de type 2 ?

    Il existe un terrain génétique favorisant l’apparition du diabète de type 2. Toutefois, personne ne connaît la cause exacte de cette maladie. Ce trouble est plus fréquent chez les personnes présentant les caractéristiques suivantes :
  • âge supérieur à 45 ans ;
  • surpoids prononcé ou obésité : la présence d’un syndrome métabolique multiplie le risque de diabète de type 2 par 12 et le risque de problèmes cardiovasculaires par 3 ;
  • antécédents familiaux de diabète ;
  • sédentarité.

Les femmes qui ont développé un diabète pendant une grossesse ou qui ont accouché d'un bébé de plus de 4,5 kg présentent plus de risques pour cette forme de diabète.

Une alimentation trop riche en acides gras saturés (graisses d’origine animale, comme celles de la viande rouge, du beurre, des fromages, etc.) et pauvre en fibres (légumes et fruits) semble contribuer au déclenchement du diabète de type 2.

Peut-on prévenir le diabète de type 2 ?

Lorsqu’on est issu d’une famille prédisposée au diabète de type 2, il est possible de prendre de bonnes habitudes afin de réduire le risque de développer cette maladie.

  • Adoptez et maintenez une alimentation équilibrée et variée, en particulier pauvre en graisses d’origine animale (viandes grasses, beurre, fromages) et riche en fibres (fruits et légumes).
  • Maintenez un poids de forme : surveillez votre IMC.
  • Pratiquez une activité physique régulière (au moins 30 minutes trois fois par semaine).
  • Après 40 ans, surveillez régulièrement votre taux sanguin de cholestérol.

Actualités

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple

Syndromes atypiques : dépister la COVID-19 au moindre doute (illustration).

Avoir le réflexe dépistage de la COVID-19 face à des manifestations inhabituelles

Le manque de liens sociaux, une situation particulièrement délétère (illustration).

De l’isolement social à la solitude : une question neurobiologique ?