En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes et la prévention de la goutte

Mis à jour : Lundi 09 Janvier 2017

Qu'est-ce qui provoque une crise de goutte ?

La goutte touche surtout les hommes entre 50 et 60 ans et en particulier ceux issus d’une famille de "goutteux" (qui ont tendance à fabriquer beaucoup d'acide urique, environ 1 % de la population française). Les personnes qui souffrent de goutte sont souvent sujettes aux crises de coliques néphrétiques. L’obésité et les excès alimentaires aggravent la maladie.

D’autres affections peuvent également provoquer une crise de goutte, en particulier chez les femmes après la ménopause : insuffisance rénale, hypertension artérielle, troubles de la thyroïde, psoriasis, alcoolisme, etc. Des médicaments (par exemple, certains diurétiques) peuvent entraîner un taux élevé d’acide urique et nécessitent une surveillance régulière.

Peut-on prévenir les crises de goutte ?

Chez les personnes qui ont un taux élevé d'acide urique, il est possible de minimiser les risques de crise de goutte.

  • Évitez l’alcool. Il favorise la formation d’acide urique. Les crises de goutte font souvent suite à des repas bien arrosés.
  • Buvez au moins un litre et demi d'eau par jour pour éliminer l'acide urique. Une eau de pH basique (eau de Vichy, par exemple) est recommandée.
  • N'abusez pas de certains aliments susceptibles d’élever le taux d’acide urique : la charcuterie, les abats, les sauces, les poissons gras, les fruits de mer, les viandes et volailles, le gibier et certains légumes comme les champignons, les épinards, le chou-fleur, les asperges, l’oseille ou les lentilles.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?