Hyperthyroïdie

Mis à jour : Mardi 31 Mars 2020

On parle d’hyperthyroïdie lorsque les taux sanguins de T3/T4 sont anormalement élevés de manière durable. Cette production excessive d’hormones thyroïdiennes augmente le métabolisme de manière générale et produit donc une grande variété de symptômes. Les causes de l’hyperthyroïdie sont multiples mais quelque soit la cause, les symptômes sont à peu près les mêmes.

L'hyperthyroïdie étant potentiellement dangereuse, son traitement fait parfois appel à des mesures qui bloquent définitivement la production d'hormones par la thyroïde, obligeant alors le patient à prendre une quantité contrôlée d'hormones thyroïdiennes de remplacement pour le restant de ses jours.

Comment fonctionne la glande thyroïde et à quoi sert-elle ?

problème de thyroïde

La glande thyroïde est située à la base du cou, sous la peau. Elle est constituée de deux lobes, de part et d’autre du larynx. La thyroïde sécrète des hormones dont le rôle principal est de réguler le métabolisme du corps (la façon dont il utilise les éléments fournis par l’alimentation et la respiration). Ces hormones jouent un rôle important dans la croissance osseuse, le développement mental, la transformation des graisses et des sucres, et elles augmentent la consommation d’oxygène par les tissus.

Les hormones thyroïdiennes sont la tri-iodothyronine (également appelée T3) et la thyroxine (également appelée tétra-iodothyronine ou T4). La présence d'iode dans la thyroïde est indispensable à leur synthèse et, pour cette raison, la thyroïde a la propriété d'accumuler l'iode fournie par les aliments.

La production d’hormones par la thyroïde est régulée par une hormone stimulante, la TSH (Thyroid Stimulating Hormone, également appelée thyréostimuline), sécrétée par l’hypophyse, une petite glande située à la base du cerveau. Cette régulation repose sur le principe du « rétrocontrôle » ou « feedback » : une baisse des taux sanguins de T3/T4 entraîne une augmentation du taux sanguin de TSH, ce qui stimule la thyroïde à produire plus de T3/T4. À l’inverse, un taux sanguin excessif de T3/T4, comme dans le cas d’une hyperthyroïdie, provoque une chute du taux sanguin de TSH pour freiner l’activité de la thyroïde.

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie ?

L'hyperthyroïdie est un dérèglement de la glande thyroïde dans lequel celle-ci produit un excès d'hormones thyroïdiennes. Elle se traduit par une accélération de la majorité des fonctions de l'organisme : accélération du rythme cardiaque, amaigrissement, anxiété ou fatigue chronique. Chez les personnes âgées, elle est systématiquement recherchée lorsque la personne maigrit sans raison, se plaint d’insomnies, de palpitations ou de fatigue chronique. Elle touche les femmes 8 fois plus fréquemment que les hommes.

Qui est touché par l'hyperthyroïdie ?

On estime qu’entre 1 et 4 % de la population française souffre d’hyperthyroïdie, le plus souvent dans sa forme légère, sans symptôme.

    L'hyperthyroïdie est plus fréquente :
  • chez les femmes,
  • chez les personnes âgées de plus de 60 ans,
  • dans les familles au sein desquelles un cas de maladie de la thyroïde a été diagnostiqué par le passé,
  • chez les femmes qui ont récemment accouché (jusqu’à 7 % d’entre elles seraient touchées de manière transitoire par ce problème de santé pendant l’année suivant la naissance).

Actualités

En période de co-circulation virale, le diagnostic étiologique des infections respiratoires hivernales repose sur la réalisation de tests pour identifier les virus en cause (illustration).

SARS-CoV-2 et autres virus respiratoires : dans quels cas prescrire des tests combinés ou conjoints ?

Ne pas interrompre les corticostéroïdes inhalés déjà prescrits (illustration).

COVID-19 et BPCO : pas plus d’infections, mais davantage de formes plus graves

L'âge du port du masque varie selon les pays (illustration).

COVID-19 chez l’enfant : ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas