En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Hypothyroïdie

Mis à jour : Lundi 09 Janvier 2017

L'hypothyroïdie correspond à un dérèglement de la glande thyroïde qui s'accompagne d'une diminution de la sécrétion d'hormones thyroïdiennes. Elle se caractérise par un ralentissement de la majorité des fonctions de l'organisme, ce qui entraîne notamment : une fatigue chronique, une sensibilité au froid augmentée, une prise de poids, un rythme cardiaque anormalement lent, une peau sèche, de la dépression ou des troubles de la mémoire. L'hypothyroïdie est souvent due à un dérèglement du système immunitaire qui attaque les cellules de la thyroïde et réduit la production d'hormones. Son traitement consiste à prendre des hormones thyroïdiennes de remplacement tout au long de la vie.

Comment fonctionne la glande thyroïde et à quoi sert-elle ?

femme gorge

La thyroïde est constituée de deux lobes, situés de part et d’autre du larynx, à la base du cou. Cette glande sécrète des hormones qui sont la tri-iodothyronine (également appelée T3) et la thyroxine (également appelée tétra-iodothyronine ou T4). Ces hormones jouent un rôle essentiel dans la croissance des os, le développement intellectuel mental, l'utilisation des graisses et des sucres par le corps. De plus, elles augmentent la consommation d'oxygène et d'énergie par les cellules.

La production d’hormones par la thyroïde est régulée par une hormone stimulante, la TSH (Thyroid Stimulating Hormone, également appelée thyréostimuline). La TSH est sécrétée par l’hypophyse, une petite glande située à la base du cerveau. Cette régulation repose sur le principe du thermostat : une baisse des taux sanguins de T3/T4, comme c’est le cas lors d’une hypothyroïdie, entraîne une augmentation du taux sanguin de TSH afin de stimuler la thyroïde à produire plus de T3/T4. À l’inverse, un taux sanguin excessif de T3/T4 (une hyperthyroïdie) provoque une chute du taux sanguin de TSH pour freiner l’activité de la thyroïde.

La présence d'iode dans la thyroïde est indispensable à leur synthèse et, pour cette raison, la thyroïde a la propriété d'accumuler l'iode fournie par les aliments.

Qu'est-ce que l'hypothyroïdie ?

L’hypothyroïdie se caractérise par une diminution ou une absence de production des hormones thyroïdiennes. Il en existe deux types : l’hypothyroïdie dite « périphérique », conséquence d’une maladie de la glande thyroïde elle-même, et l’hypothyroïdie dite « centrale », lorsque l’hypophyse ne secrète pas assez de TSH.

L’insuffisance d’hormones thyroïdiennes dans le sang diminue le métabolisme de manière générale et peut être à l’origine de symptômes variés.

Qui est touché par l'hypothyroïdie ?

On estime qu’entre 3 et 10 % des Français souffrent d’hypothyroïdie, ce pourcentage augmentant avec l’âge. Les femmes, en particulier après 50 ans, sont deux à trois fois plus touchées que les hommes.

Dans les pays industrialisés, les personnes les plus susceptibles d’être atteintes d’hypothyroïdie sont :

  • les femmes de plus de 60 ans : plus de 10 % d’entre elles seraient touchées ;
  • les femmes ayant accouché dans l’année : entre 5 et 8 % d’entre elles seraient touchées de manière transitoire par une inflammation de la thyroïde, ou thyroïdite « post-partum », qui provoquerait une hypothyroïdie durable dans 20 % des cas ;
  • les personnes ayant des antécédents personnels ou familiaux de maladie de la thyroïde ;
  • les personnes souffrant de maladies auto-immunes comme, par exemple, la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite, la maladie de Gougerot-Sjögren, le psoriasis, etc.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?