En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic de l'hypothyroïdie

Mis à jour : Vendredi 15 Décembre 2017

Comment diagnostique-t-on l'hypothyroïdie ?

analyse de sang

Devant un tableau clinique évoquant une hypothyroïdie, le médecin demande un bilan sanguin pour doser les hormones thyroïdiennes T3 et T4, ainsi que la TSH. Dans le cas d’une hypothyroïdie, les taux de T3/T4 sont anormalement bas et le taux de TSH est élevé. Parfois, dans les hypothyroïdies sans symptômes, les taux de T3/T4 sont normaux mais le taux de TSH est anormalement élevé, ce qui signale tout de même une hypothyroïdie.

Ce bilan initial sera complété pour rechercher les causes de l’hypothyroïdie : une recherche d’anticorps spécifiques (pour dépister une thyroïdite de Hashimoto, par exemple, où l’on recherche des anticorps dits « anti-TPO ») ou une échographie du cou pour apprécier l’augmentation de volume de la thyroïde (goitre).

Tous les patients hypothyroïdiens doivent-ils être traités ?

Chez les patients qui ne présentent pas de symptômes, mais chez qui la prise de sang révèle une hypothyroïdie infraclinique, la décision de traiter dépend des cas. Si le taux de TSH est très élevé ou si des anticorps typiques d’une maladie auto-immune sont détectés, le traitement est généralement mis en place car ces signes précèdent souvent une aggravation de l’hypothyroïdie.

Chez les autres patients qui ne présentent pas de symptômes, le traitement n’est prescrit que si la personne se plaint d’une mauvaise qualité de vie (par exemple, un manque d’énergie handicapant pour sa vie quotidienne).

Actualités

L\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations

Les propriétés antiagrégantes plaquettaires de l\\\\\\\'aspirine ont été découvertes en 1967 (illustration).

Seniors en bonne santé : prendre de l'aspirine à faible dose est-il utile ?