En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Maladies de la thyroïde et accidents nucléaires

Mis à jour : Lundi 09 Janvier 2017

En avril 1986, l'explosion et l'incendie d'un réacteur nucléaire de la centrale de Tchernobyl en Ukraine ont libéré une importante quantité de radioactivité. En dehors des conséquences sociales, humaines et politiques de cet accident, l'opinion publique française s'est inquiétée des conséquences possibles de cette radioactivité sur la santé en général, et sur celle de la thyroïde en particulier. Qu'en est-il vraiment ?

Les effets de l'iode radioactif

accident nucléaire

Lors de cet accident, comme plus récemment à Fukushima, de l’iode radioactif (I-131) a été rejeté dans l’atmosphère, puis a été inhalé ou ingéré par les populations exposées. L’iode étant nécessaire à la production des hormones thyroïdiennes, il se concentre majoritairement dans la thyroïde. La radioactivité portée par ces molécules d’iode absorbées peut détruire, totalement ou partiellement, les cellules de la thyroïde et être à l’origine d’hypothyroïdies. En cas de dose particulièrement élevée, la radioactivité peut également provoquer des mutations de ces cellules et provoquer un cancer de la thyroïde, en particulier chez les enfants âgés de moins de cinq ans et ceux contaminés pendant la grossesse.

La prévention de la fixation de l'iode radioactif

Pour empêcher la fixation de l’iode radioactif dans la thyroïde, il existe un moyen simple qui consiste à prendre des comprimés d’iode naturel (non radioactif) qui va saturer la thyroïde en iode, l’empêchant ainsi de fixer l’iode radioactif. Depuis 1997, en France, des campagnes de distribution gratuite de comprimés d’iode ont été organisées auprès des habitants des communes situées dans un rayon de dix kilomètres autour des centrales nucléaires. En cas de rejet radioactif accidentel, le Préfet du département concerné ordonne la prise des comprimés par les particuliers.

Les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl en France

Suite au passage du nuage radioactif issu de la centrale de Tchernobyl au dessus de la France, les autorités sanitaires se sont interrogées sur les effets à long terme de cette radioactivité et elles ont constaté que la fréquence des maladies thyroïdiennes, et notamment des cancers de la thyroïde, a augmenté en France au cours des trente dernières années.

Cependant, plusieurs études récentes ont montré que cette augmentation des cas de maladies thyroïdiennes en France est probablement le résultat d’une amélioration des pratiques de dépistage et de diagnostic (essor de l’échographie et évolution de la prise en charge chirurgicale), plutôt qu’une conséquence de l’accident de Tchernobyl.

Ces études ont notamment observé que l’augmentation des cas de maladies thyroïdiennes a débuté dès 1975 (donc une dizaine d'années avant Tchernobyl) et qu’il n’y a pas eu d’accélération de cette augmentation après 1986. De plus, les régions les plus touchées par les cancers de la thyroïde sont celles de l’Ouest et du Sud-ouest, moins exposées aux retombées de Tchernobyl que celles de l’Est de la France.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?