Les médicaments de l'hypothyroïdie

Mis à jour : Vendredi 15 Décembre 2017

Le traitement de l’hypothyroïdie repose sur l’administration d’hormone thyroïdienne T4 (thyroxine). Dans certains cas très particuliers, le médecin peut décider de prescrire de la T3 (thyronine), seule ou en association avec de la T4.

La lévothyroxine (LT-4)

La lévothyroxine (L-T4) est une forme particulière de T4, plus active. Une prise par jour est suffisante, habituellement le matin une demi-heure à une heure avant le petit déjeuner. Sa posologie est ajustée pour obtenir un taux sanguin de TSH normal. Chez les patients cardiaques (angine de poitrine, infarctus du myocarde, troubles du rythme cardiaque), la posologie est augmentée très progressivement en surveillant le cœur.

Certains médicaments (sels de fer, colestyramine, calcium et certains anti-acides) diminuent l'absorption de la lévothyroxine par l’intestin : il convient de respecter un intervalle d’au moins une demi-heure entre les prises respectives de ces médicaments. D'autres médicaments (phénytoïne, rifampicine, carbamazépine) augmentent l’élimination de la lévothyroxine, d'où un risque d’efficacité insuffisante du traitement. Enfin, la lévothyroxine augmente l'effet des anticoagulants (anti-vitamine K) et réduit celui des médicaments antidiabétiques. Dans ces situations particulières, la posologie est ajustée au cas par cas.

    La survenue d’effets indésirables, similaires aux symptômes de l’hypothyroïdie ou de l’hyperthyroïdie, doivent faire penser à un déséquilibre thyroïdien. Ils ne sont pas très spécifiques et restent variables d’une personne à l’autre :
  • une fatigue inhabituelle, une constipation, une sensation de ralentissement général sont les symptômes les plus fréquents liés à un sous-dosage en hormone thyroïdienne ;
  • des sueurs, une accélération du cœur, des palpitations, une excitation, une insomnie, une irritabilité sont les symptômes évoquant un surdosage en hormone thyroïdienne. S’ils apparaissent, le médecin interrompt le traitement pendant quelques jours, avant de le reprendre à doses plus faibles.
Liste des médicaments mise à jour : Mardi 18 Février 2020

Hormones thyroïdiennes

Légende
Médicament générique

Des changements de formule des comprimés de LEVOTHYROX ont été effectués en mars 2017 pour améliorer la stabilité et supprimer un excipient à effet notoire, le lactose. Depuis ces changements, plusieurs milliers de patients, parmi les 3 millions de Français prenant ce médicament, se plaignent de symptômes divers qu’ils attribuent, parfois à raison, à cette nouvelle formule.

L'association « Vivre sans thyroïde » a publié un document d'aide pour les personnes sous LEVOTHYROX qui présentent des symptômes inhabituels, sans explication. L'association rappelle qu’il ne faut pas arrêter le traitement, mais consulter, faire des analyses et si besoin, ajuster le traitement avec l'aide du médecin (télécharger le document).

    Afin d'apporter des solutions à certains patients qui continuent à rencontrer des effets indésirables avec LEVOTHYROX « nouvelle formule », l’agence du médicament a annoncé :
  • la mise à disposition temporaire du médicament EUTHYROX (ancienne formule de LEVOTHYROX) en pharmacie depuis le lundi 2 octobre ;
  • la mise à disposition mi-octobre en pharmacie, du médicament L-THYROXIN HENNING comprimé sécable, également importé d'Allemagne ;
  • l'augmentation des capacités de production de la L-THYROXINE SERB solution buvable.
Pour en savoir plus dans les Actualités :

La liothyronine (L-T3)

La liothyronine (L-T3) est utilisée dans des situations exceptionnelles où un effet plus rapide du traitement est indispensable. Elle est généralement prescrite pour de courtes durées de traitement.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 18 Février 2020

Hormones thyroïdiennes

Actualités

Une étude chinoise de l’hôpital Renmin (illustration).

Premiers résultats cliniques positifs pour l’hydroxychloroquine dans la COVID-19 modérée

La population générale n'est pas non plus indemne de troubles psychologiques

COVID-19 et maladies psychiatriques : les CMP restent ouverts

Dans l'attente des prochaines données françaises (illustration).

COVID-19 : quel risque pour les nourrissons ?