En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Quelle place pour la chirurgie de l’estomac ?

Mis à jour : Vendredi 19 Mai 2017

Le recours à la chirurgie gastrique

Depuis quelques années, une nouvelle alternative a fait son apparition dans le traitement de l‘obésité, la chirurgie de l’estomac ou chirurgie gastrique. Différentes techniques visant à réduire le volume de l’estomac pour limiter la quantité de nourriture ingérée à chaque repas ont été mises au point. Ces techniques sont réservées aux personnes adultes qui souffrent d’obésité dite morbide (IMC supérieur à 40), ou ayant un IMC supérieur à 35 associé à des complications mettant leur santé en danger, et chez qui un suivi nutritionnel mis en place depuis plus d’un an est resté insuffisant. La décision d’avoir recours à ce type de chirurgie est prise par une équipe multidisciplinaire réunissant le médecin traitant, un spécialiste de l’obésité, un diététicien, un psychiatre ou un psychologue, le chirurgien et l’anesthésiste. Comme le traitement médicamenteux, la chirurgie gastrique n’est pas à elle seule une solution ; l’éducation et le suivi nutritionnel restent indispensables.

Les différentes techniques

Différentes techniques sont utilisées. Des anneaux gastriques ajustables qui enserrent l’estomac, par exemple, une réduction du volume de l’estomac par gastroplastie, un court-circuit gastrique, ou by-pass gastrique, une technique qui dérive la nourriture directement vers l’intestin.

différentes techniques de chirurgie bariatrique
Différentes techniques de chirurgie bariatrique

Ces techniques s’accompagnent d’effets indésirables tels que douleurs, vomissements, troubles de l’appétit ou intolérance à la viande. Elles peuvent être difficiles à supporter, dans certains cas. Il est nécessaire d’encadrer le patient pour l’aider à supporter l’intervention et ses conséquences, et pour adapter son alimentation à ses nouvelles capacités digestives. La prescription de compléments alimentaires peut être envisagée pour diminuer le risque de carences, en particulier en fer et en vitamines.

Des études montrent que la chirurgie bariatrique pourrait prévenir l'apparition d'un diabète de type 2 ou aider à son contrôle s'il est déjà déclaré. Cette diminution du risque de diabète de type 2 est indépendante du type de chirurgie pratiquée ((en savoir plus dans l’article : Obésité : la chirurgie bariatrique diminuerait le risque de survenue d’un diabète type 2).

Ces mesures chirurgicales sont réversibles. Un retour à la normale peut être décidé lorsque le patient souffre d’effets indésirables durables.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?