En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Se faire aider par un professionnel

Mis à jour : Vendredi 19 Mai 2017

Pourquoi consulter un professionnel ?

Il est toujours souhaitable de consulter un médecin généraliste, un médecin nutritionniste ou un diététicien dès que l’on souffre physiquement ou psychologiquement d’un excès de poids. Mis en œuvre précocement, les soins se révèlent plus efficaces. Le recours à un psychothérapeute doit parfois être envisagé.

En cas de complications liées à l’excès de poids, d’autres spécialistes peuvent être consultés, comme un médecin cardiologue, diabétologue ou endocrinologue.

Le médecin généraliste

Il est souvent le premier interlocuteur. Il évalue le degré d’obésité et prescrit certains examens complémentaires, mesure du taux sanguin de sucre ou de cholestérol par exemple. Selon les symptômes, il peut orienter son patient vers un diététicien, un médecin nutritionniste ou un autre spécialiste, le plus souvent au sein d’un service hospitalier. Une fois le traitement établi et stabilisé, le médecin généraliste se chargera du suivi médical au quotidien et de la coordination des différents acteurs de santé. Par sa proximité, sa disponibilité et sa bonne connaissance du patient, le généraliste peut devenir un partenaire essentiel des personnes qui souffrent d’obésité.

Le médecin nutritionniste

Un médecin spécialisé

Le médecin nutritionniste est un médecin qui, après son doctorat, a suivi une formation complémentaire en nutrition. Il intervient auprès de patients atteints de maladies où la nutrition joue un rôle important, telles que surpoids, obésité, diabète, maladies cardiovasculaires, maladies digestives ou cancers. Il peut faire partie d’une équipe médicale en milieu hospitalier ou exercer dans un cabinet privé. Le médecin nutritionniste prescrit des dispositions alimentaires personnalisées et au besoin des médicaments, des compléments alimentaires, des examens supplémentaires, etc.

Attention au remboursement des soins

Parce qu’il est médecin, ses soins sont remboursés par l’Assurance maladie. Les médecins nutritionnistes qui consultent en cabinet de ville pratiquent souvent des honoraires largement supérieurs à ceux remboursés par l’Assurance maladie. En effet, les consultations durent souvent plus longtemps qu’une consultation ordinaire, parfois plus d’une heure lors de la première consultation. Ces dépassements d’honoraires peuvent être pris en charge par les assurances complémentaires de santé (mutuelles). A l’hôpital, ces honoraires sont pris en charge comme les autres soins hospitaliers.

Le diététicien

Un professionnel de la nutrition

Le diététicien (qui est, dans 98 % des cas… une diététicienne) est un professionnel de la nutrition dont le diplôme sanctionne deux années d’études supérieures après le baccalauréat. Dans le cadre des soins, son travail consiste tout d’abord à effectuer un bilan alimentaire, afin de proposer un régime équilibré à ses patients. Ces derniers peuvent être des personnes malades, des sportifs ou des personnes en bonne santé désireuses de perdre du poids. Il aide ensuite à identifier les habitudes alimentaires inappropriées et à les améliorer. Consultation après consultation, il évalue les modifications des pratiques et des représentations alimentaires de ses patients et continue son travail d’éducation nutritionnelle.

Des lieux d’exercice variés

  • En milieu hospitalier, le diététicien collabore avec les médecins, suit le malade depuis son admission jusqu’à sa sortie et le forme sur les principes qui devront guider son alimentation, en fonction de son état de santé. Ses services sont pris en charge par l’hôpital.
  • En exercice libéral, la consultation du diététicien n’est pas remboursée par l’Assurance maladie. Elle l’est parfois par les assurances complémentaires de santé.
  • En restauration collective (établissements scolaires, restaurants d’entreprises, etc.), le diététicien veille à la qualité des aliments, à l’équilibre nutritionnel des menus servis et au respect des règles d’hygiène.
  • Dans l’industrie, le rôle du diététicien consiste à veiller à la qualité des produits commercialisés. Il travaille à la création de nouveaux aliments au sein des services de recherche ou de marketing.

Le psychothérapeute

Quand l’excès de poids a une cause psychique

Le recours à la psychothérapie est parfois nécessaire dans le cadre du traitement de l’obésité. Parallèlement au suivi nutritionnel, le psychothérapeute suit les patients dont l’excès de poids est lié à l’état psychique. Dans le cas de l’obésité, les psychothérapeutes utilisent souvent des thérapies cognitivo-comportementales. Ces thérapies visent à remplacer un comportement inapproprié, contraire aux intérêts du patient et provoquant une souffrance, par un autre, mieux adapté et compatible avec ses besoins profonds. Le thérapeute cherche à identifier et à corriger les raisons qui provoquent les symptômes, et à augmenter le bien-être et les compétences du patient, c’est-à-dire sa capacité à faire face aux situations redoutées.

Faire réfléchir sur les rapports à la nourriture

Dans ce cadre, le psychothérapeute conduit généralement son patient à réfléchir sur ses rapports à la nourriture pour tenter de comprendre les raisons de sa prise de poids. Par exemple il invite le patient à tenir un carnet alimentaire où celui-ci consigne son alimentation, mais aussi les émotions et les pensées qui ont entouré chacune des prises alimentaires. Les thérapies cognitivo-comportementales semblent particulièrement efficaces chez les personnes qui ne peuvent s’empêcher de grignoter en permanence, qui passent par des phases de frénésie alimentaire ou de prises alimentaires non conscientes.

Identifier l’origine du mal-être par une analyse

Certaines personnes obèses désireuses de remonter aux sources de leur mal-être choisissent d’entamer un travail d’analyse. Contrairement aux thérapies cognitivo-comportementales, la psychanalyse ne vise pas principalement le soulagement des symptômes, mais la disparition d’une souffrance psychique plus globale grâce à l’identification de ses origines. Travail de plusieurs années, elle demande de la volonté et une véritable motivation de la part de la personne qui s’engage dans cette voie - ainsi qu’un réel effort financier.

Actualités

La vaccination contre la grippe par les pharmaciens pourra débuter en officine dès la campagne antigrippale 2019-2020 (illustration).

Vaccination contre la grippe et téléconsultation à l'officine : quelle rémunération pour les pharmaciens

Hommage à Jean-Philippe, notre ami et notre collègue, qui nous a quittés bien trop tôt.

Poussière d’étoiles...

Les pharmaciens d'officine pourront proposer la vaccination contre la grippe à partir de la saison grippale 2019/2020, sous réserve de respecter les obligations réglementaires (illustration).

Vaccination contre la grippe par les pharmaciens : les dispositions réglementaires publiées au Journal...