Acouphènes et bourdonnements d’oreille

Mis à jour : Jeudi 08 Juin 2017

Les acouphènes sont des bourdonnements d’oreilles ou des bruits perçus sans raison physique extérieure. Ils affectent plus particulièrement les personnes d’un certain âge. L’origine de ce phénomène d’oreille qui siffle reste parfois inconnue. Ils justifient toujours une consultation médicale.

Quels sont les symptômes des acouphènes ?

bourdonnements d'oreille

Les acouphènes se manifestent dans l’oreille ou dans la tête de différentes façons : par des bourdonnements, des tintements, des craquements, des bruissements ou des grésillements, etc. Selon leur origine, ces sifflements d’oreille peuvent se produire d’un seul côté ou dans les deux oreilles. Les acouphènes peuvent être permanents, ou survenir seulement à l’occasion. Ils peuvent s’accompagner de douleur des oreilles. De courte durée, les bourdonnements d’oreille s’avèrent généralement parfaitement anodins. Mais s’ils persistent, ils peuvent devenir gênants, voire pénibles, et à la longue provoquer des troubles du sommeil et des difficultés à se concentrer. Ils peuvent être une source de confusion, de manque de confiance, de stress ou d’agressivité. Ils sont souvent associés à une baisse de l’audition plus ou moins prononcée.

Quelles sont les complications des acouphènes ?

Hormis la gêne et la perturbation psychique qu’ils occasionnent, les acouphènes créent rarement des complications.


Quelles sont les causes des bourdonnements d’oreille ?

L’origine la plus fréquente d’un acouphène est une lésion de certaines cellules sensitives dans l’oreille interne. Ces cellules émettent alors des signaux parasites que le cerveau ne peut distinguer de ceux que produisent les sons extérieurs. Dans de nombreux cas, de telles lésions sont le fait d’une ambiance trop bruyante (comme le sifflement permanent ressenti lorsqu’on sort d’un concert ou d’une boîte de nuit dans laquelle le volume sonore était trop important) ou de processus de vieillissement.

Toute affection ou maladie qui touche l’organe de l’audition est en fait susceptible de provoquer des acouphènes.

Un acouphène peut également se déclarer suite à la prise de certains médicaments. Il peut arriver, toutefois, que la cause de ces bruits parasites reste indéterminée.

Peut-on prévenir les acouphènes ?

Dans la plupart des cas, il est difficile de prévenir l’apparition des acouphènes. Toutefois, protégez autant que possible vos oreilles des sons trop violents.

Par exemple, la fréquentation assidue de concerts pop-rock et l’usage fréquent de lecteurs de musique portables à un volume trop élevé peuvent provoquer des troubles auditifs non seulement pendant l’enfance, mais également à l’âge adulte. Les chiffres sont éloquents : 10 % des Français qui souffrent de troubles auditifs ont moins de dix-huit ans et un tiers des adolescents équipés de lecteurs portables reconnaissent écouter leur musique à fort volume. A long terme, l’exposition répétée à des volumes trop élevés peut contribuer à un vieillissement prématuré des organes de l’audition et entraîner une surdité chez des adultes encore jeunes. Pour éviter ces problèmes, il est préférable d’écouter la musique à un volume raisonnable et de fréquenter les concerts équipés de bouchons d’oreilles (qui devront être portés en permanence pour être efficaces).


Que faire en cas d’acouphènes ?

  • Si les acouphènes vous gênent pour vous endormir, essayez de les couvrir par une musique douce, le tic-tac d’une montre portée au poignet ou d’un réveil posé sur la table de nuit.
  • Pour des acouphènes passagers, vous pouvez tenter de diminuer la gêne en vous allongeant dans le noir et au calme.
  • Si l’acouphène s’accompagne d’une surdité et que celle-ci est appareillable, la pose d’un appareil auditif peut supprimer l’acouphène.
  • Le stress accentue souvent l’acouphène et le rend plus perceptible. Des exercices de relaxation sont alors susceptibles de diminuer la gêne.
  • Si, dans votre cas, il n’existe aucune possibilité de traiter ces bruits parasites, tentez de les « apprivoiser ». L’échange d’expériences au sein d’un groupe d’entraide peut constituer un bon soutien. Demandez à votre médecin s’il peut vous orienter vers un tel groupe.
Conduite à tenir en cas de bourdonnements d’oreilles
  Si les bruits s'accompagnent d'une baisse de l'audition, de vertiges, de maux de tête ou d'un état confusionnel.
  Si un acouphène se révèle très pénible à supporter.
  Si les acouphènes s'accompagnent d'une surdité brutale, d'une baisse de l'audition, de maux d'oreille.
  Si le phénomène ne s'améliore pas spontanément en quelques jours.
Légende
Consultez un médecin dans la journée.
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.

Que fait le médecin en cas d’acouphènes ?

Il essaie de déterminer la cause de l’acouphène. Si nécessaire, il procède au nettoyage du conduit auditif et prescrit un examen spécialisé de l’audition par un médecin oto-rhino-laryngologiste. Une mesure de l’audition (audiométrie) est nécessaire pour évaluer la perte auditive. Des examens complémentaires peuvent être pratiqués : scanner, IRM...


Les bourdonnements d’oreilles peuvent avoir des causes très diverses qu’il est important d'essayer d'identifier. Actuellement, il n’existe pas de traitement spécifique avéré efficace pour les acouphènes.

Comment soigne-t-on les bourdonnements d’oreilles ?

Dans le cas où les acouphènes sont dus à une maladie identifiée (otite, bouchon d’oreille, tumeur…), la mise en place d’un traitement adapté (traitement antibiotique, retrait du bouchon d’oreille ou de la tumeur…) peut permettre d’obtenir la guérison ou une amélioration.

Si un médicament est à l’origine des acouphènes, une modification ou de changement de traitement peut être envisagé avec le médecin pour faire disparaître les acouphènes.

Si la cause des acouphènes n’est pas identifiée et que les acouphènes altèrent la qualité de vie au quotidien, le médecin peut proposer des solutions pour essayer de mieux les supporter.

La thérapie sonore pour les acouphènes

La thérapie sonore (ou masquage) s’appuie sur le principe de distraction. Un petit générateur produit un son « blanc » (son modéré et permanent qui ressemble au bruit d’une radio mal réglée) de façon à masquer les acouphènes. L’appareil ressemble à une prothèse auditive à porter plusieurs heures par jour.

Les prothèses auditives pour les acouphènes

Une prothèse auditive peut être intéressante lorsque les bourdonnements d’oreille sont associés à une baisse légère de l’audition. L’amélioration des capacités d’audition peut permettre de couvrir les acouphènes.

La thérapie cognitivocomportementale et le traitement d’habituation

Avec l’aide d’un psychiatre ou d’un psychologue, des stratégies sont mises en place pour faire face à la survenue de acouphènes : relaxation, technique de visualisation, restructuration des pensées... Les études n’ont pas permis de démontrer que la thérapie comportementale et cognitive permet une diminution de l’intensité des acouphènes, mais une amélioration de la qualité de vie et une diminution des dépressions ont été observées.

Un traitement d’habituation aux acouphènes (Tinnitus retraining thérapie) qui repose sur une diminution des acouphènes après une exposition répétée à un bruit blanc comporte également du coaching avec des thérapeutes pour apprendre à mieux vivre avec les acouphènes.

Le traitement médicamenteux des acouphènes

Un traitement médicamenteux nécessite au préalable un avis médical spécialisé. Il repose sur l’utilisation de vasodilatateurs, dont l’efficacité est mal établie. Certains antiépileptiques, antidépresseurs ou anxiolytiques peuvent également être proposés, bien qu'ils n'aient pas d'indication officielle dans le traitement des acouphènes.

Les médicaments contenant de la trimétazidine (VASTAREL et ses génériques) ont longtemps été indiqués dans le traitement des acouphènes. Mais, en juillet 2012, l'Agence européenne du médicament (EMA) a rendu un avis qui recommande de ne plus utiliser la trimétazidine dans le traitement des bourdonnements d'oreilles. En effet, l'utilisation de cette substance comporte plus de risques que de bénéfices attendus ; des effets indésirables neurologiques (raideur des bras et des jambes, ralentissement des mouvements, tremblements) sont parfois observés. En 2017, plusieurs années après la décision de restreindre les indications de la trimétazidine au traitement de l’angine de poitrine, des études sur son utilisation ont montré qu’elle est encore très prescrite en France pour le traitement des vertiges et acouphènes. L’Agence du médicament (ANSM) a décidé de modifier ses conditions de prescription. L’initiation du traitement par trimétazidine est dorénavant réservée aux cardiologues. Cette ordonnance initiale doit être présentée avec les ordonnances de renouvellement qui peuvent être rédigées par un autre médecin.

Les autres thérapies

Des traitements non conventionnels, telles que l’hypnose, la sophrologie ou l’acupuncture peuvent apporter une aide aux personnes qui souffrent d’acouphènes, en leur permettant de lâcher prise. L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une thérapie qui utilise les mouvements des yeux pour la désensibilisation et la reprogrammation, notamment dans le cadre d’un stress post-traumatique. Cette technique s’applique également à certains acouphènes (psychosomatique ou d’origine traumatique).

De nouvelles pistes sont actuellement en cours d'étude pour tenter de traiter les acouphènes : stimulation magnétique transcrânienne, nouveaux médicaments.


Sources et références de l'article "Acouphènes et bourdonnements d’oreille"