En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes des otites

Mis à jour : Vendredi 22 Janvier 2016
    Diverses affections sont susceptibles de créer des otites externes :
  • un bouchon de cérumen ;
  • une infection du conduit auditif externe, due par exemple à un furoncle ou à la surinfection d’un eczéma du conduit auditif, à la suite de baignades en eau non traitée (lac, piscine de jardin, etc.).
    Les otites moyennes ont également diverses origines :
  • une différence de pression au niveau du tympan lors d’un voyage en avion, d’un passage en train sous un tunnel ou de séances de plongée, par exemple. On parle d’otite barotraumatique.
  • une infection, succédant généralement à une infection des fosses nasales (par exemple, un rhume surinfecté), ces dernières communiquant avec l’oreille interne par la trompe d’Eustache. Les germes infectieux pénètrent dans l’oreille moyenne, congestionnent la muqueuse et provoquent une accumulation de liquide (otite séreuse). Le tympan subit alors une pression à l’origine de la douleur.
  • d’autres inflammations ou affections dans la région de la tête et du cou.
  • une lésion de l’oreille, notamment du tympan, suite à choc violent.
Schéma d'une oreille en coupe

Actualités

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité

Les douleurs éprouvées par de nombreuses femmes pendant des rapports sexuels peuvent d'être d'origine physique et/ou psychologique (illustration).

Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunies) : diagnostic et prise en charge

La prescription prophylactique d'IPP augmente le risque de pneumonie et de diarrhée à clostridies en soins intensifs

IPP en prévention des saignements digestifs chez les patients hospitalisés : examen de leur utilité