En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment diagnostique-t-on la presbyacousie ?

Mis à jour : Jeudi 09 Mars 2017

Le diagnostic de la presbyacousie est fait par un médecin ORL après une série de tests auditifs particuliers : l'audiométrie tonale (détection de sons purs) et vocale (compréhension de mots). Lorsque le médecin ORL diagnostique une presbyacousie, il en mesure les caractéristiques particulières et, en fonction de ces mesures, il prescrit un certain type d'aide auditive.

Les examens qui mesurent la capacité à entendre les sons (audiométrie tonale)

Ces tests mesurent la capacité à entendre les différentes fréquences, des plus basses au plus élevées. Avec l’âge, ce test montre la perte progressive de la capacité moyenne à entendre les sons : après 55 ans, une perte globale de cinq à six décibels (dBHL, Decibel Hearing Level) tous les dix ans en moyenne. On considère que la presbyacousie est gênante lorsque la personne montre une perte tonale moyenne supérieure ou égale à 30 dBHL.

Les examens qui mesurent la capacité à distinguer les sons (audiométrie vocale)

Ces tests mesurent la capacité à distinguer les sons entre eux. Parce qu’ils s’intéressent essentiellement à la compréhension de la parole, ces examens sont une image fidèle de la gêne sociale provoquée par la presbyacousie. Ces examens comprennent des tests d’intelligibilité monosyllabique (intelligibilité d’une syllabe), des tests phonétiques, des tests en présence de divers bruits de fond, etc.

Actualités

Aliments riches en vitamine D (illustration).

Intérêt des suppléments de vitamine D pendant la grossesse : résultats d’une vaste étude en double aveugle

Le travail collectif de six équipes de professionnels de santé, administratifs et institutionnels a été rendu public le 18 septembre 2018.

Ma santé 2022 : principales mesures, focus sur la qualité et la pertinence des soins et la e-santé

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques