En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment soulage-t-on la presbyacousie ?

Mis à jour : Jeudi 09 Mars 2017

La prise en charge de la presbyacousie repose sur la mise en place précoce d'aides auditives adaptées au patient. Certains médicaments, destinés à favoriser la santé des petits vaisseaux sanguins de la cochlée et du cerveau, sont parfois prescrits mais leur efficacité est insuffisante pour traiter une presbyacousie.

Quand doit-on porter une aide auditive ?

Les aides auditives sont plus efficaces et mieux supportées lorsqu’elles sont mises en place précocement. En effet, leurs performances et leur confort sont plus élevés lorsque la presbyacousie n’est pas trop installée. Dans ce cas, le délai d’adaptation nécessaire pour s’habituer à l’aide auditive est assez court.

    On considère qu’un appareillage est nécessaire :
  • si la personne a subi une perte tonale moyenne de 30 dBHL ou plus ;
  • ou, si la personne a subi une perte tonale de 35 dBHL ou plus sur la fréquence de 2 kHz ;
  • ou, si moins de 80 % des mots émis à voix faible sont compris.

Malheureusement, en France, le taux d’appareillage des personnes atteintes de presbyacousie reste faible. Que ce soit par ignorance, pour des raisons de coût, de crainte du regard des autres, ou à la suite d’une mauvaise expérience, la vaste majorité des personnes presbyacousiques ne profite pas des bénéfices apportés par les aides auditives.

Les aides auditives sont-elles remboursables ?
En termes de remboursement, les aides auditives sont dans une situation très proche de celle des lunettes en France : prix des prothèses auditives librement fixé par l'audioprothésiste (en moyenne entre 900 et 2000 euros pour une oreille), faible remboursement par l’Assurance maladie (119,83 euros par oreille pour une personne de 20 ans ou plus), remboursement par les assurances complémentaires de santé (mutuelles ou privées) très variable selon les contrats. Renseignez-vous au préalable.
Une part importante du coût reste habituellement à la charge du patient. Sachez que les audioprothésistes proposent souvent des facilités de paiement. De plus, des aides financières sont disponibles pour certaines personnes : bénéficiaires de la CMU, pensionnés militaires d'invalidité, victimes de guerre, etc. Des possibilités de déduction fiscale sont également disponibles, votre audioprthésiste saura vous renseigner sur ces aides.

Quels sont les différents types d'aide auditive ?

Il existe une infinie variété d’aides auditives, plus ou moins petites, plus ou moins puissantes plus ou moins sophistiquées et… plus ou moins chères. Depuis le passage au numérique, les aides auditives intègrent toujours plus d’innovations technologiques, permettant à la fois des progrès en terme de confort auditif et de miniaturisation.

Les derniers appareils permettent, par exemple, l’atténuation des bruits parasites (le brouhaha), l’amplification sélective de certaines fréquences (pour s’adapter au mieux aux particularités auditives de chaque patient) ou une programmation selon l’environnement sonore. Certaines d’entre elles disposent de la technologie Bluetooth (comme les oreillettes sans fil des téléphones portables) ce qui permet de les connecter directement à la source du son (par exemple, au micro d’un conférencier).

Les aides auditives peuvent être placées directement dans le conduit auditif (les intra-auriculaires), dans la conque de l’oreille ou derrière l’oreille. Les aides placées derrière l’oreille (les « contours d’oreille ») sont les plus fréquentes et les plus performantes pour les presbyacousies moyennes ou sévères. Certains « contours d’oreille » sont dits « ouverts » : ils n’obturent pas (ou pas complètement) le conduit auditif. La personne équipée entend encore les sons naturels et elle a une meilleure perception de sa propre voix.

Les aides auditives doivent-elles être placées dans les deux oreilles ?

Même s’il arrive qu’une seule oreille (la « meilleure » des deux) soit équipée, les médecins ORL recommandent d’équiper les deux oreilles. En effet, avec une seule oreille équipée, la personne aura plus de mal à localiser l’origine des sons dans son environnement, et elle parviendra moins bien à les distinguer les uns des autres. De plus, les sons provenant du côté non équipé auront du mal à parvenir jusqu’à l’aide auditive (la tête du patient fait « ombre »).

Les aides auditives doivent-elles être portées toute la journée ?
Comme les lunettes, il est préférable de porter ses aides auditives en permanence. Ainsi, le cerveau pourra s'habituer plus rapidement aux sons tels qu'ils sont reproduits par l'appareil et le confort sera maximal. Malheureusement, très peu de personnes équipées respectent ce conseil : moins d'une personne équipée sur quatre ! Si c'est votre cas, demandez conseil à votre audioprothésiste ou à votre orthophoniste pour parvenir à les porter en permanence.

Comment se passe la mise en place d'une aide auditive ?

Muni de la prescription de son ORL, le patient se rend chez un audioprothésiste qui va lui proposer différents types d’aide auditive en fonction des caractéristiques de sa presbyacousie, de ses particularités anatomiques, de ses activités, de ses désirs, de son budget, etc. Une fois l’appareil choisi, une prise d’empreinte est effectuée afin de fabriquer sur mesure l’embout (pour les appareils « contours d’oreille ») ou la coque (pour les appareils « intra auriculaire »).

Le patient revient ensuite pour un rendez-vous dit « d’adaptation » où l’efficacité des aides auditives est mesurée à l’aide d’un ordinateur et de tests de compréhension. L’audioprothésiste s’assure que les aides auditives sont adaptées, il les règle et montre à son client comment les utiliser et les entretenir. Après une ou deux semaines, le patient revient pour que les réglages soient ajustés en fonction de son expérience pendant ces premières semaines. Cette phase d’adaptation peut être menée avec la collaboration d’un orthophoniste, jusqu’à ce que la personne se sente parfaitement à l’aise avec ses aides auditives et puisse les porter toute la journée sans fatigue ni frustration. Certains audioprothésistes proposent des périodes d’essai, renseignez-vous au moment du premier rendez-vous.

Ainsi, l’usage d’une aide auditive demande une période d’adaptation de quelques semaines à quelques mois pendant lesquels le patient va s’habituer aux sons tels qu’ils sont transmis par l’aide auditive Pendant cette période, le cerveau du patient, habitué depuis des mois à entendre et à décrypter des sons modifiés, va progressivement être reprogrammé pour analyser les sons qui lui parviendront des oreilles équipées. Cette phase d’adaptation est essentielle : trop courte ou mal conduite, elle peut être à l’origine d’un rejet de l’aide auditive par le patient, frustré de ne pas entendre « comme avant ».

Les aides auditives doivent être contrôlées régulièrement et renouvelées lorsqu’elles ne sont plus adaptées au handicap (environ tous les cinq ans en moyenne).

Comment entretenir ses aides auditives ?
  • Respectez les visites de contrôles régulières chez votre audioprothésiste.
  • Protégez-les des chocs, de l'eau, de la poussière et de l'humidité.
  • Pour les nettoyer, utilisez uniquement les produits d'hygiène vendus par l’audioprothésiste.
  • Essuyez systématiquement votre aide auditive avant de la mettre ou après l’avoir retirée. En effet, l'humidité provoquée par la transpiration peut être responsable de la corrosion de certaines parties de votre appareil.

Actualités

Le toucher des personnes atteintes d'une maladie d'Alzheimer, avec leur consentement et après avoir été prévenues, pourrait diminuer leur anxiété, les apaiser (illustration).

Communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer : 10 conseils à suivre, 5 erreurs à éviter

L'OCDE vient de publier un état des lieux de la santé dans les 35 pays qui la composent

Santé en France : l’OCDE dresse un état des lieux contrasté

La plupart des souches vaccinales contre la grippe sont cultivés dans des oeufs (illustration).

Grippe : la faible efficacité du vaccin liée aux mutations survenant pendant la culture dans des oeufs