En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Pendant les premières semaines d'appareillage

Mis à jour : Jeudi 09 Mars 2017

Quelques conseils pendant les premières semaines d'appareillage

Le temps d’adaptation aux aides auditives varie selon les personnes. Certains facteurs (âge, sévérité de la presbyacousie ou motivation) influencent la durée de cette période. Au début, quelques conseils peuvent vous aider à vous habituer aux aides auditives.

Commencez par porter vos aides auditives chez vous.

Parce que vous connaissez bien les sons de votre domicile, commencez à porter vos aides auditives chez vous. Ainsi, vous pourrez découvrir comment celles-ci modifient les sons les plus familiers. Éteignez la radio et la télévision, choisissez un moment où vous êtes tranquille.

Apprenez à éliminer les sons ambiants.

Après vous être familiarisé avec les sons de votre environnement domestique, commencez à porter vos aides auditives en écoutant la radio ou en ayant une conversation avec un proche (et un seul !). Habitué aux sons ambiants, il vous sera plus facile de les éliminer mentalement pour vous concentrer sur la voix.

Ayez de fréquentes conversations avec un proche.

Discuter avec un proche dans un environnement calme est la meilleure façon de s’habituer à la manière dont votre aide auditive transforme les sons. Choisissez un thème de conversation familier et demandez à la personne de bien articuler, de parler lentement et d’employer des expressions courantes. Au début, vous pouvez vous aider en observant attentivement ses lèvres.

Faites-lui lire à voix haute le journal ou un livre, pendant que vous suivez le texte des yeux. Demandez-lui d’énoncer des mots simples qui ne diffèrent que par un seul son : gare/barre, feu/vœu, seau/chaud (au début, écrivez-les sur une feuille et demandez-lui de vous montrer le mot qu’il prononce).

Enrichissez progressivement votre environnement sonore.

Lorsque vous maîtrisez les conversations au calme, apprenez à discuter en ayant la radio ou la télévision en bruit de fond. Augmentez progressivement le volume. Pour tolérer les environnements bruyants, pratiquez un exercice simple. Seul chez vous, augmentez le volume de la radio. Lorsque le son devient inconfortable, diminuez lentement le volume jusqu’à ce qu’il redevienne tolérable. En pratiquant régulièrement cet exercice, vous augmenterez votre tolérance au bruit.

De la même manière, apprenez progressivement à avoir des conversations avec trois ou quatre personnes. Si vous êtes soudain perdu, concentrez-vous sur la personne la plus bavarde. De plus, certains audioprothésistes proposent des programmes d’entraînement auditifs pour aider les personnes appareillées à s’habituer à leurs aides auditives.

Apprenez à localiser d'où viennent les sons.

Localiser un son est plus difficile avec une aide auditive. Avec vos proches, jouez à un petit jeu : asseyez-vous, fermez les yeux et demandez-leur de se déplacer, puis de vous parler. Essayez de deviner d’où vient le son, puis ouvrez les yeux.

Explorez le monde avec vos aides auditives.

Une fois habitué à les porter chez vous, commencez à sortir avec vos aides auditives et apprivoisez le monde. Dans la rue, au cinéma, au théâtre, au marché… Petit à petit, avec patience et persévérance, vous parviendrez à maîtriser tous ces environnements sonores.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?