En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La phytothérapie contre le rhume

Mis à jour : Jeudi 12 Octobre 2017

Quelles plantes pour soulager un rhume ?

phytothérapie

De nombreuses plantes sont utilisées dans le traitement des rhumes. Malheureusement la plupart d’entre elles n’ont pas fait l’objet d’études cliniques. Leur usage repose donc sur la tradition.

La menthe poivrée dans le traitement du rhume

Bien qu’aucune étude clinique n’ait été menée sur le sujet, l’action décongestionnante obtenue par inhalation d’huile essentielle de menthe sur la muqueuse nasale est reconnue.

Le thym dans le traitement du rhume

L’huile essentielle de thym obtenue à partir des feuilles et des fleurs séchées est utilisée pour dégager le nez en cas de rhume. Cet usage traditionnel, non validé par des études cliniques, fait néanmoins l’objet d’un consensus.

Les échinacées dans le traitement du rhume

Les nombreuses études dont les échinacées ont fait l’objet n’ont pas réussi à démontrer scientifiquement leur efficacité en cas d’infection des voies respiratoires. Néanmoins, elles sont traditionnellement proposées en traitement complémentaire du rhume.

Le sureau noir dans le traitement du rhume

Malgré l’absence d’études cliniques sur le sujet, l’usage traditionnel du sureau noir pour soulager les symptômes du rhume est reconnu. On utilise parfois ses fleurs et son écorce séchées sous la forme de sirop.

Les autres plantes dans le traitement du rhume

De nombreuses autres plantes sont utilisées traditionnellement pour apaiser les symptômes du rhume : l’huile essentielle d’anis vert, la poudre de racines et de fleurs séchées de primevère officinale, l’ortie dioïque, l’ail, le saule blanc, le bouillon-blanc, le fenouil doux, le gingembre, le ginseng, le lierre grimpant, la sauge officinale, etc.

L'éleuthérocoque (ginseng sibérien) est proposé dans la prévention des petites infections hivernales comme le rhume. La plante est consommée en infusion de poudre de racines séchées ou en décoction de racines entières séchées.

Existe-t-il des risques à soulager un rhume par les plantes ?

En l’absence d’amélioration après une dizaine de jours ou en cas d’apparition de difficultés respiratoires, de fièvre, de douleurs à l’oreille, de violents maux de tête ou de sécrétions nasales purulentes ou contenant du sang de manière répétée, une consultation médicale s’impose.

La menthe poivrée présentant des interactions avec de nombreuses substances, mieux vaut l’utiliser avec précaution. Elle ne doit jamais être utilisée chez les enfants de moins de six ans.

Les personnes présentant un terrain allergique ou une déficience immunitaire doivent s’abstenir d’utiliser des échinacées. De même pour les personnes diabétiques. Enfin, l’usage de l’éleuthérocoque devrait plutôt se faire sous contrôle médical.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité