En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Saignement de nez (épistaxis)

Mis à jour : Jeudi 21 Juin 2018

Le saignement de nez (épistaxis) est généralement bénin. La muqueuse des fosses nasales est parcourue de nombreux vaisseaux sanguins très fins, qui saignent facilement mais qui cicatrisent également rapidement. En exerçant une pression sur les cloisons nasales et en utilisant certains produits, on arrête rapidement le saignement.

Quels sont les symptômes des saignements de nez ?

saignement nez

Du sang s’écoule d’une ou des deux narines. Parfois, il se répand aussi dans la gorge, s’avale ou se crache. Normalement, le saignement de nez ne crée aucune complication. Toutefois, si le saignement se prolonge, la perte de sang peut devenir importante.

Quelles sont les causes des saignements de nez ?

Il est fréquent de ne trouver aucune cause au saignement de nez, notamment chez les enfants et pendant la grossesse. Parfois, la muqueuse nasale a été lésée par un choc, un grattage un peu vif ou un éternuement violent bouche fermée. Une exposition au soleil, l'usage de médicaments ou de drogues par voie nasale, un air trop sec, une allergie ou un rhume peuvent également déclencher un saignement. Des saignements de nez peuvent également survenir au cours de certaines affections (hypertension artérielle, troubles de la coagulation, alcoolodépendance, maladies héréditaires comme la maladie de Rendu-Osler, par exemple).

Comment prévenir le saignement de nez ?

    Si vous avez tendance à saigner du nez :
  • Évitez d’y mettre le doigt.
  • Mouchez-vous aussi doucement que possible.
  • Veillez à une bonne humidification des locaux, notamment en hiver et si vous êtes enceinte.
  • Humidifiez la muqueuse nasale avec du sérum physiologique.

Actualités

Dépression et burnout : un danger pour les médecins avec des répercussions sur les patients (illustration).

Quand les médecins dépriment, les patients trinquent aussi

Selon la HAS, le dépistage universel de l'hépatite C n'est pas pertinent en France

Hépatite C : selon la HAS, le dépistage universel n’est pas pertinent en France

En France, environ 20 000 personnes ont initié un traitement prophylactique pré-exposition au VIH (PrEP)

Prévention du VIH : depuis 2016, plus de 20 000 personnes ont initié une PrEP