Saignement de nez (épistaxis)

Mis à jour : Lundi 27 Avril 2020

Le saignement de nez (épistaxis) est généralement bénin. La muqueuse des fosses nasales est parcourue de nombreux vaisseaux sanguins très fins, qui saignent facilement mais qui cicatrisent également rapidement. En exerçant une pression sur les cloisons nasales et en utilisant certains produits, on arrête rapidement le saignement.

Quand surviennent les saignements de nez ?

saignement nez

Les saignements de nez sont assez fréquents chez les enfants et pendant la grossesse. Parfois, la muqueuse nasale a été lésée par un grattage un peu vif ou un éternuement violent bouche fermée. L’exposition au soleil, l'usage de médicaments ou de drogues par voie nasale, un air trop sec, une allergie ou un rhume peuvent également déclencher un saignement. Des saignements de nez peuvent également survenir lors d’hypertension artérielle, de troubles de la coagulation ou d’alcoolodépendance, par exemple.

Quels sont les symptômes en cas de saignement de nez ?

Lors de saignement de nez, du sang s’écoule d’une ou des deux narines. Parfois, il se répand aussi dans la gorge, s’avale ou se crache. Normalement, le saignement de nez ne crée aucune complication. Toutefois, si le saignement se prolonge, la perte de sang peut devenir importante. Si le saignement est abondant ou se répète fréquemment, s’il ne s'arrête pas au bout de 10 minutes, malgré diverses tentatives pour le stopper, ou si vous prenez un médicament qui fluidifie le sang, par exemple de l’aspirine, consultez votre médecin.

Comment prévenir le saignement de nez ?

    Si vous avez tendance à saigner du nez :
  • Évitez d’y mettre le doigt.
  • Mouchez-vous aussi doucement que possible.
  • Veillez à une bonne humidification des locaux, notamment en hiver et si vous êtes enceinte.
  • Humidifiez la muqueuse nasale avec du sérum physiologique.

Que faire en cas de saignement de nez ?

Une méthode simple pour arrêter le saignement du nez consiste à se pencher en avant, à pincer l’extrémité du nez juste au-dessous de l’os, pendant au moins 10 minutes, tout en respirant par la bouche. Il est possible d'appliquer de la glace à la base de la narine touchée. Mieux vaut éviter d’introduire quoi que ce soit dans le nez, en particulier coton, gaze imbibée d’eau oxygénée ou de toute autre substance, mèches de tulle gras, etc. En revanche, les mèches de coton hémostatique vendues en pharmacie sont tout à fait indiquées.

Quand le saignement est arrêté, il est fortement conseillé d’éviter de se moucher dans les heures qui suivent pour permettre la coagulation.

Si le saignement reprend, mouchez-vous pour retirer les caillots qui sont inefficaces, et recommencez la même opération (pincement du nez) pendant cinq minutes. Si, lors de la deuxième tentative – et à condition qu’elle ait été correctement menée – le saignement ne cède pas, il faut consulter un médecin.

Dans les jours qui suivent un saignement de nez, il est préférable de se moucher doucement, d'éternuer la bouche ouverte, d'éviter les efforts physiques ou de se pencher trop en avant, et de prendre de l'aspirine (sauf avis favorable du médecin). Pensez à humidifier l'air de votre domicile si nécessaire.

Conduite à tenir en cas de saignement de nez
  Si le saignement vous paraît abondant ou se répète fréquemment.
  Si le saignement ne s'arrête pas au bout de dix minutes, malgré diverses tentatives pour le stopper.
  Si le saignement semble lié à un traumatisme au visage ou à la tête.
  Si vous prenez un médicament qui fluidifie le sang (anticoagulant ou aspirine).
  Si vous présentez d'autres symptômes (pâleur, malaise, accélération du rythme cardiaque, anxiété, etc.).
  Si le saignement se produit rarement.
Légende
Consultez un médecin dans la journée.
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de saignement de nez ?

Le médecin examine le nez pour rechercher l’origine du saignement. Il examine également la peau pour y rechercher des signes de troubles de la coagulation : bleus, petits vaisseaux éclatés. Il dispose ensuite de plusieurs méthodes pour l’arrêter.

En cas de saignement répétés ou abondants, il peut prescrire une analyse de sang pour vérifier qu’il y a pas de problème de coagulation. Si le patient suit un traitement anticoagulant, il peut adapter le traitement.


Plusieurs traitements existent pour arrêter un saignement de nez. Ils sont fonction de l’importance du saignement, des antécédents médicaux du patient ou de l’existence de troubles de la coagulation.

L’utilisation d’un hémostatique local en cas de saignement de nez

La pression locale entre pouce et index sur le nez pendant 10 minutes est souvent suffisante pour arrêter un saignement de nez bénin. Elle peut être associée à l’utilisation d’une éponge ou d’une mèche de coton hémostatique. Ces mèches vendues en pharmacie sont faites à base de gélatine ou d’alginate de calcium.

La pommade H.E.C est également fréquemment utilisée pour le traitement local d'appoint des saignements de nez légers. Elle est hémostatique, protectrice et calmante. Elle ne doit pas être utilisée en cas d’allergie au baume du Pérou ou à la lanoline ou en cas de lésions nasales infectées. Son usage prolongé doit être évité.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Avril 2020

Traitements divers des affections du nez et de la gorge

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les interventions médicales dans le traitement des saignements de nez

La cautérisation (chimique ou électrique) est proposée en cas de saignements répétés ou abondants. Elle permet de brûler les petits vaisseaux fragiles de la muqueuse nasale et de les remplacer par du tissu fibreux. Après cautérisation, l’humidification avec du sérum physiologique et la lubrification avec une pommade sont préconisées pour limiter la formation de croûtes et favoriser la cicatrisation.

Le tamponnement consiste à placer des mèches hémostatiques profondes dans la partie antérieure ou postérieure des cavités nasales pour faire compression.

Il est également possible de faire compression à l'aide d'une sonde à double ballonnet qui est mise en place et gonflée pour comprimer durablement la muqueuse.

Ces traitements sont mis en place sous anesthésie locale.


Sources et références de l'article "Saignement de nez (épistaxis)"