En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment diagnostique-t-on l'acné ?

Mis à jour : Lundi 04 Juin 2018

Le diagnostic de l'acné

Le diagnostic de l’acné se fait au vu des lésions et des caractéristiques du patient (âge, sexe, prise de contraceptifs ou d’autres médicaments, etc.).

Selon les lésions observées et leur étendue, le médecin définit le degré de sévérité de l’acné : mineure, modérée ou sévère. L’acné sévère est caractérisée par la présence de nodules et de kystes qui augmentent le risque de cicatrices durables.

Le médecin s’enquiert également de la manière dont l’acné nuit à l’image de la personne qui en souffre. En fonction de ces différents paramètres, il choisit un traitement adapté au patient et à la sévérité de l’acné.

Le traitement de l’acné fait appel à différents traitement, certains destinés à être appliqués sur la peau, d’autres destinés à être pris par voie orale. On estime qu’entre 10 et 20 % des personnes qui souffrent d’acné nécessitent la mise en place d’un traitement. Celui-ci devra être poursuivi plusieurs mois, voire une année.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité