En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment soigne-t-on l'acné ?

Mis à jour : Mardi 07 Février 2017

Même modérée, l'acné peut avoir des répercussions psychologiques importantes. Il ne faut pas hésiter à consulter un médecin qui pourra prescrire un traitement adapté. Les traitements de l'acné font appel à différents médicaments, certains destinés à être appliqués sur la peau (traitements locaux), d'autres destinés à être pris par la bouche (voie orale). Le but du traitement est tout d'abord une diminution ou une disparition des lésions (« traitement d'attaque »). Il vise ensuite à prévenir l'apparition de nouvelles lésions (« traitement d'entretien »). L'acné étant une maladie chronique qui évolue par poussée, son traitement devra être poursuivi plusieurs mois, voire une année.

Le traitement d'attaque de l'acné

Dans les formes légères d’acné, les produits destinés à être appliqués sur la peau sont privilégiés. Ces traitements locaux contiennent soit des rétinoïdes (des dérivés de la vitamine A), soit du peroxyde de benzoyle (qui a une action antibactérienne). Ces traitements sont prescrits en application quotidienne (une à deux fois par jour). Dans certains cas, au début du traitement, il est préférable de les appliquer une fois tous les deux jours pour limiter l’irritation de la peau. Cette irritation peut également être atténuée en maintenant une bonne hydratation des couches superficielles de la peau grâce à des crèmes émollientes.

Ces traitements mettent souvent deux à trois mois pour montrer leur efficacité et il est indispensable de persévérer dans leur application, même en l’absence de résultats visibles dans les premières semaines du traitement. Ils sont poursuivis pour une durée de six à douze mois, parfois plus longtemps.

Dans les formes d’acné moyenne (plus de la moitié du visage est atteinte) ou sévère (tout le visage est atteint), le médecin peut prescrire un traitement local associé à un traitement antibiotique par voie orale. En règle générale, le traitement antibiotique ne dure pas plus de 3 mois.

Les acnés très sévères, qui se traduisent par la présence de nombreux nodules dans les couches profondes de la peau, nécessitent le plus souvent la prescription d’un rétinoïde par voie orale, l’isotrétinoïne. Il s’agit d’un traitement puissant, réservé aux cas d’acné ayant résisté aux autres traitements. Il doit s’accompagner d’une information détaillée sur ses risques, notamment de malformations du fœtus en cas de grossesse ou de dépression. De plus, il est parfois nécessaire de retirer les comédons (par la microchirurgie, voir encadré) avant de démarrer ce type de traitement.

Le traitement d'entretien de l'acné

Le traitement d’entretien de l’acné vise à éviter les récidives. Il consiste essentiellement en l’application de rétinoïdes (adapalène) sur la peau, seule ou associée au peroxyde de benzoyle.

Qu'est-ce que la microchirurgie de l'acné ?
La microchirurgie de l'acné est une technique dont le but est d'enlever les comédons ouverts ou fermés afin d'accélérer l'amélioration de l'acné, d'éviter que le patient manipule ses lésions et de réduire les récidives après l'arrêt du traitement. Elle consiste à élargir l'orifice du follicule pileux bouché et à expulser le comédon par pression douce ou à l'aide d'un tire-comédon.
Ensuite, le médecin détruit le follicule avec une aiguille trempée dans l'acide trichloracétique à 30 %. Chez un patient traité par rétinoïdes locaux, ce nettoyage de peau peut être effectué après environ deux mois de traitement, le temps que les comédons ramollissent. La microchirurgie de l'acné doit être réalisée par un médecin habitué à cette technique.

Le traitement des cicatrices de l'acné

Contrairement à ce qu’affirment de nombreux sites internet commerciaux, le traitement des cicatrices d’acné reste difficile. Des études ont été faites avec de nombreuses techniques, mais sans obtenir de résultats vraiment probants. Parmi ces techniques, on peut citer :

  • le peeling, qui consiste à appliquer une substance acide sur la peau. Cette application brûle les couches superficielles de la peau et entraîne une réaction inflammatoire durant laquelle les cicatrices de faible profondeur peuvent être comblées. Cette technique expose au risque de laisser des taches brunes sur la peau (comme pour toute brûlure).
  • le laser YAG, qui consiste également à brûler les couches superficielles de la peau en regard des cicatrices.
  • la dermabrasion, qui consiste à enlever les couches superficielles de la peau par un moyen mécanique (un disque abrasif adapté à cet usage), sous anesthésie locale ou générale.
  • la chirurgie qui vise à enlever les cicatrices les plus profondes.

D’autres techniques sont parfois promues : injections de collagène, photothérapie dynamique (rayons lumineux pulsés), lumière bleue, etc. Aucune de ces techniques n’a fait ses preuves et la plus grande prudence est de mise. Mieux vaut s’adresser à des dermatologues reconnus par leurs confrères.

Acné, contraception et grossesse

Chez les jeunes filles qui souffrent d’acné, le choix d’une pilule contraceptive doit être adapté. En effet, de nombreuses pilules peuvent aggraver l’acné (du fait de leur composition en hormones sexuelles). Les pilules estroprogestatives contenant du lévonorgestrel ou du norgestimate sont privilégiées. Si l’acné persiste malgré un traitement bien suivi, une autre option contraceptive (association acétate de cyprotérone-éthinylestradiol) peut être envisagée en concertation avec le gynécologue.

Chez les femmes qui reçoivent un traitement de l’acné à base d’isotrétinoïne, et en raison de la toxicité potentielle de ce médicament sur le fœtus, la prise de ce médicament nécessite la mise en place d'une méthode de contraception efficace un mois avant, pendant et un mois après le traitement. De plus, tous les mois durant le traitement, un test sanguin de grossesse négatif datant de moins de trois jours doit être présenté au médecin pour le renouvellement du traitement.

Les traitements de l’acné à base de rétinoïdes en application locale ne doivent pas être utilisés pendant la grossesse. Toutefois, une grossesse survenant sous traitement local ne justifie pas d'inquiétude particulière, mais doit conduire à consulter son médecin.

Chez la femme enceinte, le traitement de l’acné repose le plus souvent sur la prescription de peroxyde de benzoyle en application locale ou de gluconate de zinc (à partir du 4e mois de grossesse). Eventuellement, l’érythromycine par voie orale peut être utilisée si nécessaire.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?