Brûlure

Mis à jour : Jeudi 06 Avril 2017

Quel que soit leur degré de gravité, les brûlures nécessitent une prise en charge adaptée pour éviter des complications, une surinfection et la déshydratation de la personne, surtout chez les enfants et les personnes âgées. De simples précautions peuvent éviter les accidents domestiques ou les coups de soleil.

Comment évalue-t-on la gravité d’une brûlure ?

brûlure

Le diagnostic et la prise en charge d’une brûlure dépendent de trois éléments.

Son degré

  • Brûlure du premier degré  : la peau est rouge, sans cloques.
  • Brûlure du deuxième degré  : la peau comporte des cloques remplies de liquide. Selon la profondeur de la couche de peau atteinte, on parle de deuxième degré superficiel ou profond.
  • Brûlure du troisième degré  : la peau est noire ou blanchâtre et insensible.

Son étendue

Il existe des règles précises de calcul, mais on considère en général qu’une brûlure est grave lorsque sa surface est supérieure à la moitié de la paume de la main de la victime.

Sa localisation

Les brûlures localisées à des endroits particulièrement sensibles (yeux, nez, mains, voisinage des orifices naturels, organes génitaux, intérieur des cuisses) sont classées parmi les brulures graves même si la peau ne présente qu’une rougeur, car leur cicatrisation peut être délicate.

Quelles sont les complications éventuelles des brûlures ?

Les complications sont avant tout locales. Le risque principal est que la cicatrisation soit de mauvaise qualité, ce qui aura des conséquences esthétiques et parfois fonctionnelles (peau rétractée). En fonction de sa profondeur, la cicatrisation d’une brûlure peut être plus ou moins difficile. Elle peut nécessiter des soins pendant plusieurs semaines, et, dans certains cas, la réalisation de greffes cutanées.

Suite à une brûlure, il existe également un risque infectieux important dû à la destruction de la barrière naturelle que représente la peau. C’est pourquoi la désinfection et l’hygiène des brûlures doivent être rigoureuses. En cas de surinfection, la prise d’antibiotiques prescrits par le médecin peut s’avérer nécessaire.

La déshydratation est une autre complication immédiate d’une brulure étendue, avec un risque de chute grave de la pression artérielle. Cette déshydratation survient d’autant plus que la surface brûlée est importante (à partir de 10 % de la surface du corps chez le nourrisson, 5 à 10 % chez la personne âgée, 15 % chez l’adulte). Elle peut se manifester en quelques heures et conduire à la mort en l’absence de traitement adapté. 


Quelles sont les causes des brûlures ?

Une brûlure peut être provoquée par la chaleur (air chaud, vapeur, eau bouillante, flamme, soleil, cigarette, etc.), un frottement, l’électricité ou une substance chimique. La prise en charge médicale sera différente selon son origine.

Comment prévenir les brûlures ?

  • Evitez les coups de soleil, surtout chez les enfants (utilisez casquette, chapeau, tee-shirt, crème solaire à indice de protection élevé, etc.).
  • Ne laissez jamais les enfants seuls près d’une source de chaleur (cuisinière, four, bougies, feu de cheminée, grill, barbecue, etc.). Placez les casseroles contenant des aliments chauds hors de leur portée en tournant le manche vers le mur. Munissez la cuisinière d’un dispositif de protection.
  • Vérifiez la température de l’eau du bain, notamment pour les très jeunes enfants. Si l’eau du robinet est très chaude, faites-la régler.
  • Ne buvez pas de liquide chaud (thé, café, chocolat, soupe, etc.) lorsque vous avez un enfant sur les genoux.
  • Ne tentez jamais d’allumer ou de ranimer un feu ou un barbecue avec de l’alcool à brûler ou de l’essence.
  • Ne fumez jamais en présence de substances inflammables.
  • Respectez les consignes d’utilisation des réchauds, radiateurs, fers à repasser, fers à souder, etc.
  • N’effectuez jamais de branchements électriques sans avoir coupé l’arrivée d’électricité.
  • Pour éviter les brûlures chimiques, tenez hors de portée des enfants les produits ménagers.

Que faire en cas de brûlure ?

  • N’essayez pas de retirer des vêtements qui adhèrent à une zone brûlée.
  • Rafraîchissez les lésions en laissant couler immédiatement de l’eau froide sur la partie brûlée pendant dix à quinze minutes. Cette mesure simple est essentielle et doit être pratiquée au plus vite. Couvrez ensuite la brulure avec un tissu propre pour éviter qu’elle se salisse.
  • En cas de brûlure simple et peu étendue, appliquez une crème hydratante type vaseline ou, à défaut, du tulle gras (disponible en pharmacie).
  • En cas de coup de soleil assez étendu, prenez la température de la victime pour détecter un éventuel coup de chaleur. Réhydratez-la en la faisant boire abondamment.
  • Ne percez pas les cloques.
  • N’appliquez jamais de farine, d’huile, de lait, de beurre ou tout autre produit sur une brûlure.
Conduite à tenir en cas de brûlures
  alt Si la victime est un nourrisson ou un enfant.
  alt Si la brûlure est considérée comme grave (une ou plusieurs cloques d'une surface totale supérieure à celle de la moitié de la paume de la victime, aspect blanchâtre ou noir de la partie brûlée, insensibilité au toucher).
  alt Si la brûlure touche les yeux, la bouche (risque de brûlure par inhalation) ou tout autre orifice naturel de l'organisme.
  alt Si l'accident a été provoqué par l'électricité ou un produit chimique.
  alt Si la brûlure s'accompagne de fièvre, de frissons ou de troubles du comportement.
  alt Si la brûlure est une simple rougeur, si elle ne touche aucune zone sensible et ne dépasse pas en surface la moitié de la taille de la paume de la main pour un adulte ou la taille d'une pièce de deux euros pour un enfant.
Légende
alt Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de brûlure ?

Le médecin examine la région brûlée et prend les mesures nécessaires en fonction de son importance. Si la brûlure ne présente pas de signe de gravité, il peut poser un pansement et prescrire des médicaments contre la douleur. Dans les cas les plus graves, il demande une hospitalisation.



Avant tout, rafraîchir la brûlure en faisant couler de l’eau fraîche entre 15 à 25°C sur la brûlure pendant au moins 15 minutes ou tant que la brûlure est douloureuse, puis désinfecter la zone brûlée.

En cas de brûlure superficielle et peu étendue, il est possible de prendre un antalgique pour soulager la douleur et d’appliquer un protecteur cutané.

Sur des brûlures graves, aucun traitement local ne doit être appliqué sans avis médical.

Les protecteurs cutanés dans le traitement des brûlures légères

Les protecteurs cutanés visent à aider à la cicatrisation. Ils peuvent être appliqués plusieurs fois par jour. Si la brûlure n’est pas cicatrisée au bout d’une semaine, il faut prendre un avis médical.

Des allergies cutanées, notamment des eczémas de contact, sont possibles avec de nombreux produits appliqués sur la peau. Il faut être particulièrement vigilant avec les pommades contenant du baume du Pérou, de la lanoline ou des sulfamides (sulfadiazine).

Sulfamides

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les pansements hydrocolloïdes et hydrogels dans le traitement des brûlures légères

Vous pouvez également mettre un pansement hydrocolloïde ou un pansement hydrogel qui forment un gel humide favorable à la cicatrisation. Ces pansements permettent également de protéger la brûlure des contaminants extérieurs. La taille du pansement doit être choisie pour que le pansement dépasse de 2 ou 3 cm de la zone lésée. Le pansement peut être laissé en place plusieurs jours sans être changé.

Liste non exhaustive des produits de parapharmacie mise à jour : Mardi 16 Avril 2019

Pansements hydrocolloïdes

Pansements hydrogels


Sources et références de l'article "Brûlure"

  • Brûlures, ameli-sante.fr, 04/2016
  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • Guide de l'automédication, Vidal, 2010