Les chutes de cheveux diffuses

Mis à jour : Vendredi 13 Décembre 2019

Les chutes de cheveux diffuses passagères

Les chutes de cheveux diffuses (sur l'ensemble du cuir chevelu) et passagères sont le plus souvent observées chez les femmes et leurs causes sont nombreuses. Elles durent le plus souvent entre trois et quatre mois, et sont immédiatement suivies d'une repousse complète.

Les causes des chutes de cheveux diffuses passagères

Le plus souvent, ces pertes de cheveux diffuses passagères sont le résultat d’un arrêt de la phase de croissance du cheveu : jusqu’à 30 % des cheveux meurent prématurément et soudainement (c’est l’ « effluvium télogène »). Comme le cheveu mort reste fixé au cuir chevelu, la chute survient environ trois mois après la survenue de l’élément déclencheur.

Parmi les nombreuses causes de l’effluvium télogène, on note :

  • l’accouchement : la chute de cheveux survient environ un mois après l’accouchement, parfois plus tard chez les femmes qui allaitent. Elle est souvent liée à une carence en fer pendant la grossesse ;
  • les fausses couches et l’IVG ;
  • une opération chirurgicale lourde ayant nécessité une longue anesthésie générale ;
  • un épisode de fièvre élevée ;
  • un choc psychologique sévère ;
  • l’arrêt d’une contraception hormonale (pilule).

De plus, les permanentes, colorations, défrisages, ainsi que les coiffures qui tirent sur les cheveux, peuvent provoquer des chutes de cheveux passagères, en particulier chez les personnes qui ont les cheveux crépus. Dans certains cas, un excès de maltraitance du cheveu peut réduire la capacité de repousse. C’est le cas également de la trichotillomanie, le tic qui consiste à s’arracher quelques cheveux à la fois.

Le traitement des chutes de cheveux diffuses passagères

En règle générale, il n'y a pas besoin de traiter cette forme de perte de cheveux. La repousse est spontanée et complète. Parfois, des compléments alimentaires (par exemple contenant du fer) peuvent être prescrits temporairement.

Les chutes de cheveux diffuses durables

Les chutes de cheveux diffuses et durables sont plus problématiques, car la repousse complète n’est pas toujours la règle. Leurs causes sont multiples :

  • un excès de stress ;
  • des carences alimentaires, par exemple en fer, zinc, magnésium ou calcium ;
  • l’anorexie et les régimes alimentaires extrêmes, sources de carences ;
  • des problèmes thyroïdiens ;
  • le diabète non contrôlé par les traitements ;
  • les états dépressifs sévères ;
  • une syphilis non traitée ;
  • la radiothérapie (« rayons ») dans le traitement des cancers,
  • certains traitements médicamenteux, en particulier les chimiothérapies anticancéreuses, certains anticoagulants (« fluidifiants du sang »), le lithium (contre les troubles bipolaires), etc.

Le traitement de ce type de perte de cheveux varie selon la cause identifiée.

La perte de cheveux lors d'un traitement anticancéreux
Pour les personnes qui doivent subir un traitement par chimiothérapie, la perte de cheveux est l’un des effets indésirables les plus redoutés. En effet, les substances qui bloquent la prolifération des cellules cancéreuses ont tendance à également bloquer la croissance des cheveux et provoquer leur chute (« effluvium anagène »).
Pourtant, les chimiothérapies du cancer ont fait de considérables progrès et les pertes de cheveux sont plus rares qu’il y a quelques années. Dans certains cas, il est même possible de protéger le cuir chevelu de leurs effets en plaçant un casque réfrigérant sur la tête du patient pendant l’injection intraveineuse de la chimiothérapie. Le froid contracte les vaisseaux sanguins du cuir chevelu et réduit ainsi la diffusion du médicament dans la zone réfrigérée.
Pour en savoir plus sur la perte de cheveux pendant une chimiothérapie, et sur les moyens de la gérer, l’Institut national du cancer publie une brochure entièrement consacrée à cette préoccupation légitime.

Actualités

Un risque qui ne surprend pas vraiment (illustration).

Tabagisme : un risque accru d’infection COVID-19 et d’évolution plus grave

Les patients au secours des patients (illustration).

Une autre piste thérapeutique contre le SARS-CoV-2 : la sérothérapie

Écorces de quinquina : Cinchona officinalis (illustration @H. Zell sur Wikimedia).

Chloroquine… une histoire… d’avenir ?