Les chutes de cheveux par plaques

Mis à jour : Vendredi 13 Décembre 2019

Certaines maladies se traduisent par des chutes de cheveux localisées, par plaques. En règle générale, les cheveux repoussent avec un traitement adapté à la cause, à l'exception des plaques cicatricielles (par exemple après une brûlure du cuir chevelu). Les deux principales causes de ces chutes en plaques sont la teigne et la pelade.

La teigne, maladie infectieuse du follicule pileux

La teigne est une infection des follicules pileux due à un champignon microscopique. Plus fréquente chez les enfants de moins de 12 ans et les personnes dont le système immunitaire est affaibli, la teigne est le plus souvent transmise par un animal domestique.

Sur la peau, la teigne se traduit par des taches rouges qui démangent. Au niveau du cuir chevelu, la teigne provoque des plaques où les cheveux ont disparu.

La teigne se traite à l’aide d’un médicament antifongique destiné à tuer le champignon qui en est la cause. Le traitement est souvent long (six à huit semaines). Il doit également concerner également l’animal qui est suspecté de l’avoir transmise.

La pelade, maladie auto-immune du follicule pileux

La pelade est une maladie où les follicules pileux d’une zone du cuir chevelu sont attaqués par le système immunitaire de la personne (c’est une maladie dite « auto-immune »). Probablement liées à des facteurs génétiques, la pelade toucherait environ 1 % de la population, dont la moitié des cas avant l’âge de 20 ans.

Des plaques sans cheveux apparaissent soudainement, sans autre cause identifiée. Dans la plupart des cas, ces plaques sont peu étendues et, avec un traitement à base de corticoïdes ou d’exposition aux rayons ultra-violets, les cheveux repoussent complètement chez 80 % des patients, en quelques mois. Les cas de pelade sévère ou complète nécessitent parfois des traitements particuliers.

Actualités

Une étude chinoise de l’hôpital Renmin (illustration).

Premiers résultats cliniques positifs pour l’hydroxychloroquine dans la COVID-19 modérée

La population générale n'est pas non plus indemne de troubles psychologiques

COVID-19 et maladies psychiatriques : les CMP restent ouverts

Dans l'attente des prochaines données françaises (illustration).

COVID-19 : quel risque pour les nourrissons ?