En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Cors, durillon et œil de perdrix

Mis à jour : Mardi 17 Juillet 2018

Les cors, œils-de-perdrix, callosités et durillons sont de petites formations de peau morte, très dures qui apparaissent le plus souvent aux pieds. Ils peuvent être très douloureux et rendre la marche pénible.

Quels sont les symptômes des cors et durillons ?

durillon au pied

Les callosités sont des épaississements de la peau du pied, diffus, en général sur les deux pieds, qui ont tendance à se crevasser. Les cors sont des couches de peau morte qui se constituent sur une zone de frottement. Sous la partie apparente, un cône inversé de peau dure pénètre dans les tissus profonds de la peau. L’emplacement typique des cors est le dessus des articulations des orteils ou sur le côté du petit orteil. Les œils-de-perdrix (ou "cors mous") ont la même origine mais se forment entre les orteils : deux reliefs se font face, en général entre le 4e et le 5e orteil. Ces cors particuliers sont blanchâtres, spongieux avec un liseré rouge et, parfois, un point noir au centre. Enfin, les durillons apparaissent plutôt sur la plante des pieds.

Quelles sont les complications des cors et des durillons ?

Les cors et durillons sont en général bénins. Les personnes qui sont atteintes de ces anomalies ressentent des douleurs à ces emplacements, notamment avec des chaussures serrées. Chez les malades atteints de diabète, ils peuvent néanmoins se transformer en plaies difficiles à guérir.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité