En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes et la prévention des cors et durillons

Mis à jour : Mardi 17 Juillet 2018

Quelles sont les causes des cors et durillons ?

Les frottements dus à la marche sont la cause principale des callosités, des cors, des œils-de-perdrix et des durillons. La peau devenant plus fine et plus sèche avec l’âge, ces problèmes surviennent plus fréquemment chez les personnes âgées. Ils sont particulièrement fréquents chez les femmes, les sportifs, ceux qui ont la peau des pieds fines et ceux qui ont de grands orteils. Les cors sont causés par des pressions répétées sur la peau, dues à des chaussures trop étroites. Des troubles circulatoires ou une déformation des orteils ("oignon" ou "hallux valgus" par exemple) peuvent favoriser leur apparition.

Comment prévenir les cors et durillons ?

  • Hydratez la peau de vos pieds avec une crème spéciale tous les jours après la toilette.
  • Portez des chaussures adaptées. Investissez dans des paires de chaussures très confortables fabriquées avec des matériaux souples (toile, cuir souple, etc.). Si vous en changez souvent, choisissez des chaussures larges qui ne serrent pas vos pieds.
  • Optez pour des chaussures sans coutures, celles-ci pouvant provoquer des frottements gênants. Veillez à ce qu’il reste de l’espace sur le côté et au-dessus de vos orteils.
  • Évitez les chaussures à talon allongées et à bout pointu. Préférez les chaussures à talon bas (4 à 5 cm).
  • Utilisez des pansements protecteurs. Il existe de nombreux pansements spéciaux, épais et de formes variées visant à créer une zone de protection aux endroits où se forment habituellement cors et durillons.

Actualités

Les 10 articles de VIDAL les plus lus par les médecins en 2018

Arbre décisionnel pour l'hyperéosinophilie (complet et plus lisible ci-dessous), adapté de M Van Balkum et al., décembre 2018.

L’hyperéosinophilie, un "challenge diagnostique" en l’absence de cause évidente

Hypertension artérielle et dysfonction érectile : quelle prise en charge ? Recommandations de la SFHTA