En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment réagir en cas de cors et de durillons ?

Mis à jour : Lundi 16 Mai 2011

Que faire en cas de cors et durillons ?

  • Un décapage doux peut permettre d’éliminer les cals. Pour cela, prenez un bain de pieds dans une eau chaude et savonneuse pendant une dizaine de minutes et frottez doucement.
  • On trouve en pharmacie des coricides pour traiter les cors. Ils sont d'une efficacité limitée et peuvent provoquer des sensations douloureuses.
  • Consultez rapidement un pédicure ou un podologue en cas de problème persistant. Il pourra vous proposer des solutions comme des orthèses plantaires (petits embouts amovibles à mettre sur ou entre les orteils) réalisées sur mesure pour limiter la pression. Ces orthèses ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale. S’il existe un défaut d’appui lors de la marche, le port de semelles orthopédiques pourra s’avérer utile.
Conduite à tenir en cas de cors et durillons
  Si la personne souffre de diabète ou de troubles circulatoires des jambes.
  Si les callosités deviennent trop douloureuses ou s'irritent.
  Si l'automédication reste sans effet.
  Si une personne a déjà eu ce type de problème et ne souffre pas de diabète.
Légende
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de cors ?

Lorsque les cors, les œils-de-perdrix et les durillons sont trop épais, l’intervention d’un pédicure est nécessaire pour les ôter à l’aide d’une lame. Cela ne prend que quelques minutes et s’avère sans douleur. Si l’origine du problème est une bosse apparue sur le gros orteil (oignon ou hallux valgus), il est possible de l’éliminer grâce à une petite intervention chirurgicale.

Actualités

Les douleurs éprouvées par de nombreuses femmes pendant des rapports sexuels peuvent d'être d'origine physique et/ou psychologique (illustration).

Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunies) : diagnostic et prise en charge

La prescription prophylactique d'IPP augmente le risque de pneumonie et de diarrhée à clostridies en soins intensifs

IPP en prévention des saignements digestifs chez les patients hospitalisés : examen de leur utilité

Attaque d'une cellule cancéreuse (en vert) par deux lymphocytes T (en bleu) modifiés par une immunothérapie (illustration numérique).

Immunothérapie contre le cancer : prometteuse, mais "attention aux emballements" (The Lancet)