En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La prévention des coups de soleil

Mis à jour : Lundi 04 Juin 2018

N’oubliez pas qu’un coup de soleil peut survenir même sans exposition directe : le rayonnement solaire est réfléchi par l’eau, bien sûr, mais surtout par le sable et encore plus la neige. Un ciel nuageux laisse aussi passer les UV B et un coup de soleil est possible. Lorsque vous ressentez la brûlure, il est déjà trop tard et il faudra renoncer au soleil pendant quelques jours.

Les bons gestes pour prévenir les coups de soleil

    La meilleure prévention consiste donc à prendre quelques précautions :
  • Le choix des produits solaires doit se faire selon son type de peau (phototype), selon l’âge et les conditions d’ensoleillement. Débutez par une protection forte la première semaine. Ensuite, un facteur de protection plus faible pourra être utilisé. Attention, les produits autobronzants ne protègent pas des coups de soleil !
  • Appliquez un produit solaire dès le début de l’exposition, en respectant les quantités recommandées. N’oubliez pas les zones très exposées que sont le nez, les pommettes, les oreilles, le dos des mains et des pieds.
  • Renouvelez régulièrement les applications (toutes les deux heures et après chaque baignade), en tenant compte du fait que le temps de protection du produit solaire peut être diminué par les activités sportives, la transpiration, les séchages répétés avec une serviette, etc.
  • L’exposition doit être progressive, surtout chez les personnes ayant un phototype sensible. L’utilisation d’une crème solaire n’autorise pas une exposition prolongée. Les premiers jours, ne vous exposez pas plus d’un quart d’heure en plein soleil. Puis augmentez progressivement la durée.
  • Le rayonnement solaire est le plus intense entre 12 heures et 16 heures ; passez ces heures à l’ombre.
  • La meilleure protection contre le soleil est vestimentaire. Mettez dans vos valises des vêtements longs (chemise à manches longues, pantalons), amples et perméables à la transpiration (coton, lin et tissus non synthétiques). Plus ils sont épais et foncés, moins ils laissent passer les rayons ultraviolets. Portez des chapeaux à bords larges et des chaussures pour éviter de marcher pieds nus sur le sol brûlant.
  • Evitez les produits de beauté et le parfum avant l’exposition au soleil, certains d’entre eux peuvent contenir des substances qui laisseront des traces pigmentées définitives.
  • Prévenez votre médecin de vos projets de voyage au soleil, afin qu’il puisse vous conseiller. En cas de traitement exposant à un risque de photosensibilisation, il pourra éventuellement le modifier.

Protégez vos enfants ! Les bébés ne doivent pas être exposés directement au soleil. Pour les enfants et les adolescents, la vigilance s’impose en toutes circonstances.

Comment prévenir la lucite estivale ?

    En complément de la protection vestimentaire et d’une protection solaire, des traitements particuliers peuvent être prescrit par le médecin lorsque la lucite estivale est importante. Le choix peut se porter sur :
  • Un antipaludéen de synthèse (chloroquine et hydrochloroquine) ; Le traitement est à débuter 7 jours avant les premières expositions au soleil et à poursuivre pendant 15 jours .
  • l’acide para-aminobenzoïque, à commencer 15 jours avant l’exposition au soleil et à porusuivre pendant celle-ci.
  • des cures de photothérapie en cabine.
Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 23 Août 2018

Chloroquine

Hydroxychloroquine

Photoprotecteurs

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Aliments riches en vitamine D (illustration).

Intérêt des suppléments de vitamine D pendant la grossesse : résultats d’une vaste étude en double aveugle

Le travail collectif de six équipes de professionnels de santé, administratifs et institutionnels a été rendu public le 18 septembre 2018.

Ma santé 2022 : principales mesures, focus sur la qualité et la pertinence des soins et la e-santé

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques