Coup de soleil (érythème solaire)

Mis à jour : Mardi 01 Octobre 2019

Malgré les nombreux messages de mise en garde, le bronzage est encore considéré comme un idéal de beauté et de bonne santé. Les coups de soleil sont particulièrement fréquents au début de l’été et aux sports d’hiver. Pourtant, il est facile de les éviter en s’exposant progressivement et en appliquant un écran solaire adapté.

Quels sont les symptômes du coup de soleil ?

coup de soleil

Le coup de soleil (érythème solaire) se manifeste par une rougeur et une congestion de la peau. Des cloques apparaissent dans les cas plus graves. La peau fait mal, tire et démange. Au bout de quelques jours, le coup de soleil disparaît et l’épiderme commence à peler.

Une exposition exagérée au soleil peut produire une insolation ou un coup de chaleur aux graves conséquences : très forte fièvre (plus de 41 °C), état de choc, convulsions, etc.

Le coup de soleil ordinaire n’est rien d’autre qu’une brûlure de la peau causée par les rayons ultraviolets du soleil (ou d’une lampe solaire UV dans un centre de bronzage), essentiellement ceux de type B (UV B). Ils agressent la peau directement ou par réverbération sur l’eau, la neige, le sable ou une paroi rocheuse. Certains médicaments favorisent les coups de soleil, même lors d’une faible exposition. On parle alors de photosensibilisation due à un médicament.

Qu’est-ce que l’allergie au soleil (ou lucite estivale) ?
De plus en plus fréquente, la lucite estivale est en fait une réaction locale, vraisemblablement aux UV A. Elle se manifeste sous la forme de petits boutons et de plaques rouges sur les parties exposées, sauf sur le visage. Elle peut être accompagnée d’importantes démangeaisons. Si l’on prend soin de rester à l’ombre, elle disparaît spontanément au bout d’une dizaine de jours. Pour éviter la lucite estivale, portez des vêtements qui vous protègeront du soleil ou un écran solaire d’un facteur de protection solaire (FPS) supérieur ou égal à 25.

Quelles sont les complications éventuelles du coup de soleil ?

Dans les cas plus graves, surtout si des bulles apparaissent, le coup de soleil peut provoquer de la fièvre, des nausées et un œdème de la peau.

Les coups de soleil répétés accélèrent le vieillissement de la peau. Celle-ci se dessèche et se ride plus rapidement.

L’exposition excessive au soleil, en particulier pendant l’enfance, favorise l’apparition de cancers de la peau au cours de la vie.


N’oubliez pas qu’un coup de soleil peut survenir même sans exposition directe : le rayonnement solaire est réfléchi par l’eau, bien sûr, mais surtout par le sable et encore plus la neige. Un ciel nuageux laisse aussi passer les UV B et un coup de soleil est possible. Lorsque vous ressentez la brûlure, il est déjà trop tard et il faudra renoncer au soleil pendant quelques jours.

Les bons gestes pour prévenir les coups de soleil

    La meilleure prévention consiste donc à prendre quelques précautions :
  • Le choix des produits solaires doit se faire selon son type de peau (phototype), selon l’âge et les conditions d’ensoleillement. Débutez par une protection forte la première semaine. Ensuite, un facteur de protection plus faible pourra être utilisé. Attention, les produits autobronzants ne protègent pas des coups de soleil !
  • Appliquez un produit solaire dès le début de l’exposition, en respectant les quantités recommandées. N’oubliez pas les zones très exposées que sont le nez, les pommettes, les oreilles, le dos des mains et des pieds.
  • Renouvelez régulièrement les applications (toutes les deux heures et après chaque baignade), en tenant compte du fait que le temps de protection du produit solaire peut être diminué par les activités sportives, la transpiration, les séchages répétés avec une serviette, etc.
  • L’exposition doit être progressive, surtout chez les personnes ayant un phototype sensible. L’utilisation d’une crème solaire n’autorise pas une exposition prolongée. Les premiers jours, ne vous exposez pas plus d’un quart d’heure en plein soleil. Puis augmentez progressivement la durée.
  • Le rayonnement solaire est le plus intense entre 12 heures et 16 heures ; passez ces heures à l’ombre.
  • La meilleure protection contre le soleil est vestimentaire. Mettez dans vos valises des vêtements longs (chemise à manches longues, pantalons), amples et perméables à la transpiration (coton, lin et tissus non synthétiques). Plus ils sont épais et foncés, moins ils laissent passer les rayons ultraviolets. Portez des chapeaux à bords larges et des chaussures pour éviter de marcher pieds nus sur le sol brûlant.
  • Evitez les produits de beauté et le parfum avant l’exposition au soleil, certains d’entre eux peuvent contenir des substances qui laisseront des traces pigmentées définitives.
  • Prévenez votre médecin de vos projets de voyage au soleil, afin qu’il puisse vous conseiller. En cas de traitement exposant à un risque de photosensibilisation, il pourra éventuellement le modifier.

Protégez vos enfants ! Les bébés ne doivent pas être exposés directement au soleil. Pour les enfants et les adolescents, la vigilance s’impose en toutes circonstances.

Comment prévenir la lucite estivale ?

    En complément de la protection vestimentaire et d’une protection solaire, des traitements particuliers peuvent être prescrit par le médecin lorsque la lucite estivale est importante. Le choix peut se porter sur :
  • Un antipaludéen de synthèse (chloroquine et hydrochloroquine) ; Le traitement est à débuter 7 jours avant les premières expositions au soleil et à poursuivre pendant 15 jours .
  • l’acide para-aminobenzoïque, à commencer 15 jours avant l’exposition au soleil et à porusuivre pendant celle-ci.
  • des cures de photothérapie en cabine.
Liste des médicaments mise à jour : Mardi 17 Septembre 2019

Chloroquine

Hydroxychloroquine

Photoprotecteurs

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Quels compléments alimentaires pour prévenir les coups de soleil ?

compléments alimentaires

Les compléments alimentaires proposés dans le cadre de la préparation au bronzage visent à lutter contre les dommages provoqués par les UV sur les cellules de la peau et à améliorer l’hydratation de la peau. Depuis 2012, de nombreuses allégations de santé relatives à la protection de la peau contre les rayons ultraviolets sont interdites pour les compléments alimentaires.

Les caroténoïdes pour prévenir les coups de soleil

Les caroténoïdes sont des pigments végétaux. Leur capacité à protéger modérément la peau contre les effets nocifs du soleil, après plusieurs semaines de traitement, n’a été que faiblement démontrée chez l’homme car la plupart des études ont été faites en laboratoire sur des cultures de cellules. En conséquence, en 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires ou aux aliments contenant des caroténoïdes de prétendre protéger la peau des effets délétères des rayons ultraviolets ou maintenir la souplesse, l’hydratation ou le bon état de la peau. Cette interdiction vaut pour le lycopène, le bêta-carotène, la lutéine et la zéaxanthine.

Concernant le bêta-carotène, une nouvelle analyse de l’étude Suvimax (voir encadré) a montré de manière significative que les femmes qui ont reçu un supplément d’antioxydants de 120 mg de vitamine C, 30 mg de vitamine E, 6 mg de bêta-carotène, 100 µg de sélénium et 20 mg de zinc, pendant plus de sept ans présentent un risque quatre fois plus élevé de développer un cancer de la peau.

L'étude Suvimax
L'étude Suvimax est une grande étude épidémiologique (13.017 personnes suivies pendant huit ans) dans le domaine de la prévention nutritionnelle des maladies chroniques. Lancée en 1994, elle vise à tester l'impact d'un apport supplémentaire en vitamines et minéraux antioxydants (bêta-carotène, vitamines E et C, zinc et sélénium), à doses nutritionnelles, dans la prévention des cancers et des maladies cardiovasculaires.
Par le nombre de sujets concernés, par son caractère national, par sa durée, l'étude Suvimax constitue également une gigantesque banque de données sur l'alimentation et la santé des Français.

Les autres substances antioxydantes pour prévenir les coups de soleil

D’autres substances destinées à neutraliser les radicaux libres sont parfois proposées dans les compléments alimentaires destinés à préparer la peau au bronzage, comme la vitamine E et le sélénium. Aucune étude n’est disponible pour confirmer cet usage. En 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires ou aux aliments contenant du sélénium de prétendre protéger la peau des ultraviolets du soleil (en association avec des vitamines, dont la vitamine E).

Les pilules bronzantes
À base de canthaxanthine, un pigment brunâtre qui s'accumule sous la peau, et de bêta-carotène, les pilules bronzantes donnent une coloration orangée à la peau. Elles n'offrent aucune protection contre les rayons UV. Par ailleurs, leur utilisation prolongée, plus d'un mois par an, peut entraîner des dépôts de canthaxanthine sur la rétine et se traduire par des troubles de la vision.

Les acides gras essentiels pour prévenir les coups de soleil

Les acides gras essentiels, oméga-3 et oméga-6, sont des constituants fondamentaux des membranes cellulaires.

Prises sous forme de compléments alimentaires, les huiles de bourrache, d'onagre ou de pépins de raisin qui contiennent des acides gras oméga-6, sont proposées pour protéger la peau des effets desséchants de l'exposition au soleil. Aucune étude n'a validé leur usage dans la protection de la peau contre les rayons ultraviolets. En 2012, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires ou aux aliments contenant des acides gras oméga-3 des huiles de poisson de prétendre protéger la peau des ultraviolets du soleil.

Existe-t-il des risques avec les compléments alimentaires pour prévenir les coups de soleil ?

Les personnes qui fument ou qui ont cessé de fumer depuis moins d’un an ne devraient pas prendre plus de 20 mg de bêta-carotène, aliments inclus, par jour. De plus, les personnes qui ont une alimentation équilibrée et riche en antioxydants issus des fruits et légumes par exemple, devraient s’abstenir de prendre des suppléments d’antioxydants comme le bêta-carotène.

Comme pour l’ensemble des acides gras essentiels, les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants (fluidifiants du sang), ainsi que celles qui vont subir une intervention chirurgicale doivent limiter leur consommation d’huiles riches en acides gras oméga-6.


La meilleure protection contre les effets néfastes du rayonnement ultraviolet reste les vêtements. Néanmoins, les produits solaires sont un complément indispensable en cas d’exposition solaire.

Se protéger des UVA et UVB

Il est parfois difficile de se repérer parmi les étiquetages des produits solaires. Les produits solaires doivent offrir à la fois une protection contre les ultraviolets de type B (UVB, responsables des coups de soleil) et ceux de type A (UVA, responsables du vieillissement cutané), ces deux types d'UV pouvant être également responsables de cancers de la peau (mélanome) en cas d'exposition excessive.

coupe de la peau UVB UVA
Coupe de la peau sans protection solaire laissant passer les UV

 
coupe de la peau réfléchissant UVA UVB
Coupe de la peau réfléchissant une grande partie des UV grâce à une protection solaire

Les différents phototypes

Pour choisir une protection solaire, il faut connaître son phototype, autrement dit son aptitude à tolérer les expositions solaires. D'une manière générale, plus la peau est claire, plus il faut se protéger du soleil.

Quatre phototypes ont été définis :

Phototype : sujet extrêmement sensible au soleil

    Vous avez :
  • une peau très claire, (blanc-laiteuse), des cheveux roux, des taches de rousseur qui apparaissent très rapidement en cas d’exposition solaire ;
  • systématiquement des coups de soleil en cas d’exposition solaire et vous bronzez difficilement ;
  • des antécédents de cancer de la peau ;
  • un traitement ou une maladie s’accompagnant d’une photosensibilité.

Ne cherchez jamais à bronzer, protégez-vous en toutes circonstances du soleil (vêtements, chapeaux, lunettes, etc.).

Phototype : sujet sensible au soleil

    Vous avez :
  • une peau claire avec quelques taches de rousseur et/ou des cheveux blonds ou châtain clair ;
  • souvent des coups de soleil en cas d’exposition au soleil, mais votre peau peut devenir hâlée.

Ne cherchez pas à bronzer. Vous devez utiliser une protection maximale et vous exposer le moins possible.

Phototype : sujet à peau intermédiaire

Vous avez une peau claire, mais qui bronze assez facilement. Vous prenez des coups de soleil que lors des expositions solaires intenses.

Vous pouvez vous exposer au soleil, mais de manière prudente et progressive.

Phototype : sujet à peau assez résistante

Vous avez une peau mate, qui bronze très facilement, des cheveux châtains ou bruns, aucune tache de rousseur.

Vous pouvez vous exposer progressivement.

Le facteur de protection solaire

Le facteur de protection solaire (FPS) ou indice de protection (IP) indique le niveau de protection du produit contre les dommages induits par les UVB, principalement contre le coup de soleil. Il existe 8 indices différents regroupés dans 4 niveaux de protection : 6 et 10 (faible protection) ; 15, 20 ou 25 (protection moyenne) ; 30 ou 50 (haute protection) ; 50+ (très haute protection). Il doit être indiqué sur le conditionnement.
Des allégations comme « Ecran total » ou « Protection totale » ne devraient plus être utilisées, car aucun produit n’offre une protection totale contre les rayonnements UV.

Les produits qui protègent contre les UVA porte en plus la mention UVA dans un cercle. Ils doivent assurer une protection UVA minimale équivalente à 1/3 du FPS indiqué sur l’étiquetage.

Le principal critère de choix d’un produit solaire est donc le facteur de protection solaire (FPS), selon votre phototype (sensibilité de la peau au soleil) et votre destination. Les recommandations des autorités de santé sont les suivantes :

Comment choisir un produit solaire selon sa peau et sa destination ?
Phototype Exposition modérée (vie passée au grand air en pays tempérés)
soleil
Plages, expositions extérieures de longue durée (sport, randonnée, etc.)
soleilsoleil
Sports de neige, randonnées sur glaciers, séjours sous les tropiques
soleilsoleilsoleil
Peau extrêmement sensible au soleil Haute protection (FPS 30 ou 50) Très haute protection (FPS 50+) Très haute protection (FPS 50+)
Peau sensible au soleil Moyenne protection (FPS 15, 20 ou 25) Haute protection (FPS 30 ou 50) Très haute protection (FPS 50+)
Peau intermédiaire Faible protection (FPS 6 ou 10) Moyenne protection (FPS 15, 20 ou 25) Haute protection (FPS 30 ou 50)
Peau assez résistante Faible protection (FPS 6 ou 10 Faible protection (FPS 6 ou 10) Moyenne protection (FPS 15, 20 ou 25)

Source : recommandations de l’ANSM.

Attention à respecter le mode d’emploi indiqué sur le produit. Nous avons tous globalement tendance à appliquer une quantité de protection solaire inférieure à celle utilisée dans les tests des laboratoires. Certains dermatologues estiment que, dans les conditions de la vie courante, le facteur de protection solaire réel n’excède pas le tiers du FPS indiqué par le fabricant ! Ainsi, un FPS de 30 se traduirait dans la pratique par une protection de 10. N’hésitez pas à appliquer généreusement votre protection solaire et à renouveler régulièrement les applications.

Avec ou sans filtre chimique
Les produits solaires peuvent contenir des filtres chimiques et/ou des écrans minéraux. Les filtres chimiques sont des substances qui ont la propriété d'absorber les rayons UV. Les écrans minéraux sont des substances (oxyde de zinc, dioxyde de titane par exemple) qui forment sur la peau un film à même de réfléchir les rayons UV. Les produits contenant des écrans minéraux peuvent parfois laisser un film blanchâtre sur la peau.

Les différentes formes de produits de protection solaire (crème, spray…)

Le choix de la forme (crème, lait, gel, huile...) est fonction de la surface à protéger (visage, corps) et du confort d’application. Plus la surface à protégée est grande, plus de produit solaire doit être fluide.

    En pratique, il est recommandé d’utiliser :
  • les crèmes pour le visage et le cou ;
  • les sticks pour les lèvres, le nez et le contour des yeux ;
  • les laits, les huiles et les gels, pour le corps.

Préférez les produits revendiqués comme résistant à l’eau. Mais, dans tous les cas, n’hésitez pas à renouveler l’application après vous être baigné, avoir transpiré ou vous être essuyé.

Liste non exhaustive des produits de parapharmacie mise à jour : Mardi 17 Septembre 2019

Protection solaire - Lèvres

Protection solaire avec filtres chimiques

Protection solaire sans filtres chimiques

Bien conserver les produits de protection solaire

    Afin que le produit de protection solaire conserve son efficacité, il convient de suivre quelques règles :
  • Respectez la date limite d’utilisation (date de péremption) si elle est indiquée sur l’emballage du produit,
  • Respectez la durée maximale d’utilisation après ouverture si elle est précisée sur l’emballage,
  • N’utilisez pas un produit de protection solaire s’il a changé d’aspect et/ou d’odeur depuis la dernière utilisation,
  • Refermez bien le produit après utilisation et conservez-le à l’abri de la chaleur et sans exposition directe à la lumière du jour.

Que faire en cas de coup de soleil ?

  • Le coup de soleil est une brûlure plus ou moins grave de la peau. Il doit donc être pris en charge comme une brûlure. Prenez une douche ou un bain froid pour rafraîchir la peau pendant une quinzaine de minutes, à condition de n’avoir ni fièvre ni frissons. Si le coup de soleil ne concerne qu’une partie réduite de l’épiderme, utilisez un linge mouillé.
  • Buvez suffisamment pour lutter contre la déshydratation.
  • Surveillez votre température.
  • Prenez un médicament antalgique en cas de fortes douleurs.
Conduite à tenir en cas de coup de soleil
  Si l'état général se détériore (hébétude, malaise, évanouissement, par exemple).
  Si une fièvre ou des maux de tête intenses se déclarent.
  Si des bulles de grande dimension se forment.
  Si des cloques crevées s'infectent.
  Si les douleurs dans les zones brûlées deviennent trop vives.
  Si l'intensité du coup de soleil est disproportionnée par rapport à l'exposition reçue.
  Si le coup de soleil est modéré.
Légende
Consultez un médecin dans la journée.
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de coup de soleil ?

En cas de coup de chaleur associé, la réhydratation est la première des préoccupations. Si l’état général empire, une surveillance médicale peut s’avérer nécessaire. Selon l’importance du coup de soleil, le médecin prescrit, si nécessaire, une crème adaptée, un antiseptique, un antidouleur. En cas de transformation d’un grain de beauté, il peut demander l’avis d’un spécialiste.


Comment soigner un coup de soleil ?

Il est possible de traiter vous-même un coup de soleil, s’il n’y a pas de cloques et si la brûlure n’est trop peu étendue. Après avoir rafraîchi la zone brûlée avec de l’eau vous pouvez appliquer une pommade ou une crème contenant de l’hydrocortisone, un dermocorticoïde d’activité faible. Ces préparations peuvent être achetées sans ordonnance sur les conseils de votre pharmacien. Efficaces, elles ne doivent pas être utilisées plus de trois jours de suite ni être appliqués sur des surfaces étendues. Les effets indésirables s'observent essentiellement lors d'une utilisation prolongée ou du non-respect des précautions d'emploi.

L’application de topiques protecteurs indiqués pour les brûlures superficielles peu étendues peut également avoir un effet calmant bénéfique. Attention, le soulagement apporté par les traitements locaux ne doit pas conduire à de nouvelles expositions intempestives !

Les médicaments listés ci-dessous sont ceux ayant spécifiquement une indication dans le traitement local des coups de soleil.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 17 Septembre 2019

Dermocorticoïdes

Protecteurs cutanés

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Sources et références de l'article "Coup de soleil (érythème solaire)"

  • Produits de protection solaire, Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, 02/2018
  • Bon usage des produits de protection solaire, Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, 07/2017
  • www.prevention-soleil.fr, Santé publique France, 06/2017
  • Guide de l'automédication, Vidal, 2010
  • Guide des compléments alimentaires, Vidal, 2008
  • Guide de la santé en voyage, Vidal, 2007
  • Guide des enfants en bonne santé, Vidal, 2006