En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Que faire en cas de démangeaisons ?

Mis à jour : Mardi 20 Mai 2014

Que puis-je faire pour soulager les démangeaisons ?

  • Comme les démangeaisons sont le signe de nombreuses maladies, n’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien, notamment si elles sont intenses, étendues ou persistantes.
  • Si vous êtes allergiques évitez, si possible, la substance responsable (aliments, produits cosmétiques, médicaments).
  • Si vous avez la peau sèche, ne prenez pas trop souvent de bains prolongés ou de douches, notamment en utilisant du savon. Appliquez quotidiennement une crème hydratante sur tout le corps, en insistant bien sur les zones de la peau qui démangent : visage, jambes, mains, pieds, etc.
  • Évitez de vous gratter, surtout si le prurit s’accompagne de boutons. Vous pourriez en garder des cicatrices. De plus, le grattage prolonge et aggrave la réaction locale.
  • Si l’envie de se gratter est irrésistible, frottez la partie qui démange avec la paume de la main. Cela a le même effet que le grattage mais n’endommage pas l’épiderme et n’entretient pas les démangeaisons.
  • Limitez l’emploi de produits parfumés pour les soins de la peau.
  • Coupez-vous les ongles court et limez-les pour éviter que vos ongles provoquent des lésions de grattage.
Conduite à tenir en cas de démangeaisons
  alt Si le prurit survient avec une difficulté respiratoire, ou avec un gonflement de la langue ou du visage, ou un malaise, ou la prise récente d'un aliment ou d'un médicament.
  alt Si la démangeaison s'accompagne d'une altération de l'état général (par exemple, fatigue, fièvre, perte d'appétit, etc.).
  alt Si aucune amélioration n'intervient après quelques jours d'automédication.
  alt Si le prurit a une origine connue et bénigne : piqûre d'insectes, plantes, allergie préalablement identifiée, peau sèche, etc.
  alt En attendant un avis médical.
Légende
alt Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin pour soulager le prurit ?

Il tente de déterminer la cause des démangeaisons. En plus d’un entretien et d’un examen approfondi, il fait procéder le cas échéant à des analyses complémentaires telles que dosages sanguins, prélèvement de peau ou test d’allergie. Le traitement dépend des causes.

Pour calmer une vive démangeaison, le médecin peut également prescrire des médicaments destinés à soulager les symptômes indépendamment de leur cause.

Comment prévenir les démangeaisons ?

Si vous avez une prédisposition à avoir des démangeaisons, essayez de vous prémunir contre le prurit et une peau sèche en hydratant votre peau. On trouve en pharmacie et parapharmacie de nombreux laits, crèmes et pommades destinés au soin quotidien des peaux sèches. Évitez, par exemple, les produits de bain et de douche parfumés et trop détergents.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité