En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Echarde

Mis à jour : Vendredi 27 Janvier 2017

Même si elle plus douloureuse que grave, une écharde ne doit jamais être laissée en place. Avec une pince à écharde ou à épiler, elle peut souvent être retirée sans risque de complications.

Qu’est-ce qu’une écharde ?

écharde dans le doigt

Une écharde est un petit fragment pointu qui a pénétré par accident sous la peau ou sous un ongle. Sans soins, elle peut être à l’origine d’une rougeur locale et d’une vive douleur, voire d’une infection. Un petit point sombre indique souvent sa localisation.

Quelles sont les éventuelles complications ?

Si l’écharde n’est pas retirée rapidement, une infection peut se développer. En l’absence d’infection, l’écharde peut s’enkyster.

Certains oursins des pays tropicaux produisent des substances toxiques. La pénétration d’un de leurs piquants sous la peau peut entraîner une paralysie localisée.

Qu’est-ce qui peut causer des échardes ?

Le bois est souvent à l’origine d’échardes, car il peut se briser facilement en petits morceaux acérés. D’autres matériaux peuvent l’être aussi : limaille de fer, éclats de verre, épines de rosiers, piquants d’oursins, etc.

Comment prévenir les échardes ?

  • Surveillez les endroits où vous mettez les mains, en particulier au jardin.
  • Ne marchez pas pieds nus à l’extérieur ou sur un vieux parquet.
  • À la mer, mettez des sandalettes en plastique pour se baigner, s’il y a des oursins.

Actualités

Aliments riches en vitamine D (illustration).

Intérêt des suppléments de vitamine D pendant la grossesse : résultats d’une vaste étude en double aveugle

Le travail collectif de six équipes de professionnels de santé, administratifs et institutionnels a été rendu public le 18 septembre 2018.

Ma santé 2022 : principales mesures, focus sur la qualité et la pertinence des soins et la e-santé

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques