En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Que faire en cas d'écharde ?

Mis à jour : Vendredi 27 Janvier 2017

Quand consulter le médecin ?

  • Dès les premiers signes d’infection (rougeur, douleur, chaleur).
  • Si vous n’arrivez pas à retirer l’écharde vous-même.
  • Si elle est trop grosse ou trop profondément enfoncée.
  • Si vous êtes diabétique et que l’écharde s’est enfoncée sous le pied.
  • En cas d’échardes multiples.
  • Si l’écharde est incrustée près d’un endroit délicat ou difficile à atteindre (visage, orifices naturels, par exemple).
  • Si vous n’êtes pas à jour dans les rappels de votre vaccination antitétanique.

Ce que fait le médecin

Après avoir désinfecté la zone, le médecin retire l’écharde à l’aide d’une pince ou d’un bistouri. Il désinfecte la plaie et pose éventuellement un pansement. Il s’assure également de la vaccination antitétanique du patient.

Ce que vous pouvez faire

  • Nettoyez la plaie (un bain d’eau savonneuse chaude de quelques minutes ramollit la peau et facilite l’extraction), rincez puis désinfectez avec un antiseptique sans appuyer pour ne pas enfoncer l’écharde.
  • Retirez délicatement l’écharde avec une pince à écharde ou à épiler préalablement désinfectée à l’alcool ou à l’eau de Javel, en vous aidant d’une loupe si nécessaire. Soyez très minutieux pour ne pas la casser en deux et retirez-la dans le sens opposé à celui de sa pénétration.
  • Désinfectez à nouveau la plaie, laissez-la à l’air libre ou posez un pansement. Surveillez l’apparition des signes d’une éventuelle infection dans les jours qui suivent : rougeur, chaleur, douleur, gonflement.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité