En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Érysipèle

Mis à jour : Mercredi 21 Décembre 2016

L’érysipèle est une infection de la peau due à une bactérie appelée streptocoque. Elle se traduit par une ou plusieurs taches rouges, enflées et douloureuses, le plus souvent sur une jambe, parfois sur le visage. Ces lésions sont en général accompagnée d'une fièvre, d'apparition soudaine et élevée (absence de fièvre dans 1 cas sur 5 environ).

Le traitement de l’érysipèle repose sur la prescription d’antibiotiques. Cette infection récidive fréquemment, en particulier chez les personnes qui présentent une prédisposition du fait d’un autre problème de santé (l’obésité, par exemple).

Qu'est-ce que l'érysipèle ?

érysipel

L’érysipèle (également appelé « dermohypodermite aiguë ») est une infection de la peau due à une bactérie, le plus souvent un streptocoque. Cette infection peut apparaître sur diverses parties du corps, mais le plus souvent elle se situe sur les jambes (dans plus de 85 % des cas) et le visage (10 % des cas). En général, la bactérie s’introduit dans l’organisme par une plaie (la « porte d’entrée »).

Cette infection se traduit par une forte réaction inflammatoire qui touche les couches profondes de la peau (le derme et l’hypoderme, sous-couche graisseuse). La peau est rouge, luisante, gonflée, chaude et très douloureuse.

L’érysipèle est le plus souvent observé chez les adultes de plus de 40 ans et chez les enfants.

L'érysipèle est-il une maladie fréquente ?

L'érysipèle est une maladie fréquente. Son incidence est de 10 à 100 nouveaux cas pour 100 000 habitants par an, soit entre 6 000 et 60 000 cas par an en France. Elle serait en augmentation, mais l’absence de données fiables sur sa fréquence au cours du temps ne permet pas d’en être certain.

Qui est à risque pour l'érysipèle ?

L’érysipèle touche essentiellement les enfants et les personnes de plus de 40 ans, avec un pic de fréquence autour de 60 ans.

Outre l’âge, les facteurs de risque de l’érysipèle sont :

  • l’existence d’une plaie de la peau (coupures, ulcères, plaies de jardinage, piqûre d’insecte, autres maladies de la peau, plaie chirurgicale, etc.) ;
  • la présence de mycose entre les orteils à l’origine de plaie (« pied d’athlète ») ;
  • des antécédents d’érysipèle (les récidives sont fréquentes) ;
  • un œdème (gonflement) des jambes, lié à une insuffisance veineuse chronique ou d'origine lymphatique ("lymphoedème") ;
  • le surpoids et l’obésité ;
  • une immunodépression du fait d’une maladie ou d’un traitement.

Actualités

La névralgie du trijumeau est plus fréquente chez les femmes de plus de 50 ans. Elle se caractérise par des douleurs violentes, en général unilatérales, situées sur le territoire d\\\'une branche du nerf V (illustration).

Névralgie du trijumeau : premières recommandations françaises sur le diagnostic et la prise en charge

L\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations